En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Complémentaire santé : les frais de gestion ont augmenté depuis 2011

Sur 100€ de cotisation versés par un assuré à sa mutuelle santé, 20€ servent à financer des frais de gestion, d’après une étude de la Drees. Trop élevés, les frais de gestion ont ainsi augmenté ces dernières années, d’où une volonté du gouvernement de mieux les maîtriser.

hausse cotisation

Les complémentaires santé appliquent encore des frais de gestion élevés. D’après un rapport de la Drees (la direction de la recherche, des études et des statistiques du ministère de la Santé) paru le 3 avril et révélé par Le Parisien, en 2017, sur 100€ de cotisation payés par les assurés, 80€ ont servi à rembourser les frais de santé et 20€ à financer des frais de gestion (sans prendre en compte les taxes).

Ainsi, les frais de gestion ont augmenté d’un point par rapport à 2011. L’étude pointe du doigt les plus mauvais gestionnaires, à savoir les sociétés d’assurance (22%), les mutuelles santé (20%) et les institutions de prévoyance (16%). Plus inquiétant encore, 1 organisme sur 10 a des frais de gestion supérieurs à 30% du montant des cotisations.

Rappel à l’ordre du gouvernement

En décembre dernier, le gouvernement avait rappelé les complémentaires santé à l’ordre et leur avait demandé une « maîtrise, voire une baisse des frais de gestion ». Le projet de loi qui va permettre aux assurés de résilier leur mutuelle à tout moment et sans frais dès 1 an de contrat devrait contraindre les organismes de santé à gagner en compétitivité, par exemple en réduisant leur frais de gestion.

A noter que la Drees s’est également intéressée à ce que couvraient les frais de gestion. Dans le détail, 8% correspondent à des frais administratifs, soit des coûts immobiliers et informatiques. 4% sont générés par le traitement des sinistres et 8% par les coûts d’acquisition de nouveaux clients (publicité, rémunération des intermédiaires…).