En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Achat immobilier : les primo-accédants fuient Paris intra-muros

Une étude sur l’habitation a permis d’identifier le profil des acheteurs en Île-de-France. Il n’y a presque plus de primo-accédants dans la capitale.

Le primo-accédant parisien est une espèce en voie de disparition. Selon une étude menée par les antennes Crédit Agricole d’Île-de-France et de Brie-Picardie, les primo-accédants ne sont plus que 15% à encore acheter à Paris. La raison principale est qu’ils n’ont tout simplement plus les moyens pour investir.

Rappelons que le prix moyen à Paris pour un achat immobilier est de 10 451€ le mètre carré (LPI-SeLoger). Les primo-accédants sont donc tentés de se tourner vers les communes de la banlieue parisienne, telles que Cergy (2 803€/m²), Argenteuil (2 964€/m²), Aubervilliers (3 236€/m²), Colombes (4 840€/m²) et Saint-Denis (3 524€/m²).

Des emprunts de 284 000€ en moyenne

Les primo-accédants qui réalisent un achat dans la région parisienne ont en moyenne 33 ans selon l’étude du Crédit Agricole. Ils empruntent environ 284 000€ sur un total de 273 mois. Ils représentent 57% des emprunteurs franciliens et optent surtout pour des logements anciens (79%).

Les secundo-accédants, eux, ont 40 ans en moyenne et empruntent environ 470 000€ sur 220 mois. Ceux-ci privilégient les communes proches de Paris où il fait bon vivre. Neuilly-sur-Seine (11 287€/m²), Levallois-Perret (8 641€/m²) et Boulogne-Billancourt (8 423€/m²) ont des prix à l’achat qui se rapprochent le plus de la capitale.