Achat immobilier : les primo-accédants fuient Paris intra-muros

Une étude sur l’habitation a permis d’identifier le profil des acheteurs en Île-de-France. Il n’y a presque plus de primo-accédants dans la capitale.

Le primo-accédant parisien est une espèce en voie de disparition. Selon une étude menée par les antennes Crédit Agricole d’Île-de-France et de Brie-Picardie, les primo-accédants ne sont plus que 15% à encore acheter à Paris. La raison principale est qu’ils n’ont tout simplement plus les moyens pour investir.

Rappelons que le prix moyen à Paris pour un achat immobilier est de 10 451€ le mètre carré (LPI-SeLoger). Les primo-accédants sont donc tentés de se tourner vers les communes de la banlieue parisienne, telles que Cergy (2 803€/m²), Argenteuil (2 964€/m²), Aubervilliers (3 236€/m²), Colombes (4 840€/m²) et Saint-Denis (3 524€/m²).

Des emprunts de 284 000€ en moyenne

Les primo-accédants qui réalisent un achat dans la région parisienne ont en moyenne 33 ans selon l’étude du Crédit Agricole. Ils empruntent environ 284 000€ sur un total de 273 mois. Ils représentent 57% des emprunteurs franciliens et optent surtout pour des logements anciens (79%).

Les secundo-accédants, eux, ont 40 ans en moyenne et empruntent environ 470 000€ sur 220 mois. Ceux-ci privilégient les communes proches de Paris où il fait bon vivre. Neuilly-sur-Seine (11 287€/m²), Levallois-Perret (8 641€/m²) et Boulogne-Billancourt (8 423€/m²) ont des prix à l’achat qui se rapprochent le plus de la capitale.

Immobilier : les prix augmentent dans les grandes villes mais la progression ralentit
Lire l'article