En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Que faire en cas de dégât des eaux ?

Jihane Bensouda - mis à jour le

Personne n’est à l’abri d’un dégât des eaux ! Et dans ce genre de situation, mieux vaut réagir au plus vite, justement pour limiter l’étendue des dégâts. Quels réflexes avoir et comment déclarer le sinistre à son assurance habitation ? Toutes les explications sur LeLynx.fr.

Dégât des eaux : les premiers réflexes

Vous faites face à un dégât des eaux. Pas de temps à perdre, il est important de réagir vite et d’avoir les bons réflexes. Parmi les actions à mettre en place rapidement :

  • Couper l’eau, en fermant le robinet d’eau. Bien sûr, cela est valable si l’origine du dégât des eaux est dans votre logement ;
  • Couper l’électricité – si le dégât des eaux est important – pour éviter le risque de court-circuit ou d’électrocution ;
  • Rechercher l’origine de la fuite pour arrêter au plus vite l’écoulement de l’eau. En fonction de celle-ci, il faudra prévenir votre éventuel voisin et/ou syndic et/ou gardien ;
  • Faire réparer la fuite d’eau au plus vite pour limiter l’étendue des dégâts.

Attention à ne pas aller trop vite

Dans la précipitation, attention à ne pas commettre d’erreur qui pourrait vous porter préjudice. Si un professionnel intervient pour faire des réparations chez vous, pensez bien à conserver tous les justificatifs. L’assureur comme l’expert vous les demanderont pour estimer le montant du dommage et vous proposer une indemnisation.

Ensuite, une fois la fuite réparée, ne vous lancez pas trop vite dans les remises en état du logement (peinture, moquettes, papiers peints par exemple). Pour ce faire, vous devez attendre que l’expert soit passé chez vous, ou que l’assurance vous ait donné son accord si ce n’est pas nécessaire.

degat des eaux

Déclarer un dégât des eaux à son assureur

Autre étape importante après un dégât des eaux : la déclaration du sinistre auprès de son assurance habitation. Ne manquez pas le coche : vous devez effectuer votre déclaration dans un délai maximum de 5 jours ouvrés après le sinistre.

Généralement, les assureurs auront besoin de vos coordonnées, votre numéro de contrat et des explications sur la nature du sinistre et les dommages constatés (matériels, corporels, degré d’importance…). Si un tiers est touché (un voisin par exemple), il faudra également mentionner ses coordonnées. Il existe aussi des constats amiable dégât des eaux, à joindre en plus de votre déclaration.

Si l’assureur juge que c’est nécessaire, il enverra chez vous un expert pour évaluer les dégâts. Si vous voulez être assisté par votre propre expert, c’est possible, mais les frais risquent d’être à votre charge.

Quelle indemnisation après un dégât des eaux ?

Les conditions d’indemnisation après un dégât des eaux sont inscrites dans votre contrat d’assurance habitation. Après votre déclaration, votre assureur vous envoie un courrier avec le montant du remboursement proposé. Deux cas de figure se présentent alors :

  • Si vous acceptez l’indemnisation, elle vous est versée dans le délai prévu (généralement un mois) ;
  • Si vous refusez l’indemnisation, vous pouvez adresser un recours à votre assureur.

Que couvre la garantie dégât des eaux ?

La garantie dégâts des eaux est incluse dans la plupart des contrats d’assurance multirisque habitation. Elle protège contre les risques liés à l’action de l’eau et couvre les dommages liés aux fuites d’eau, aux ruptures de canalisation aux débordements, engorgements ou renversements. La garantie dégât des eaux protège également contre les infiltrations (toitures, joints autour des installations sanitaires, carrelages…).

Les dommages couverts par la garantie dégât des eaux

Selon les contrats, la garantie dégât des eaux peut couvrir différents types de dommages :

  • Les dommages matériels qui font atteinte aux bâtiments, aux embellissements, au contenu (le mobilier, les marchandises…). Sont également concernés les petits dommages immobiliers, du type raccord de plâtre, de parquets, et les dommages liés aux mesures de sauvetage ;
  • Les dommages immatériels, liés à la privation de jouissance, et les pertes immatérielles, comme la perte de loyers, la perte d’exploitation…

Attention aux mesures de prévention

Soyez vigilant : pour que la garantie dégât des eaux fonctionne, il est bien souvent nécessaire de respecter certaines mesures de prévention, inscrites dans le contrat d’assurance. Par exemple : couper l’eau en cas d’absence prolongée en période de gel, vidanger les conduites, réservoirs, installations de chauffage central…

En cas de non-respect de ces mesures préventives, l’assureur peut réduire l’indemnisation en cas de dégâts, voire l’annuler. Mieux vaut donc être bien au fait des conditions de son contrat !

Conseils pour limiter le risque de dégât des eaux

Les dégâts des eaux ont la fâcheuse tendance d’arriver par surprise. S’il est impossible d’éviter le risque à 100%, certains gestes permettent toutefois de le limiter. Ainsi, pensez à :

  • Vérifier ou faire vérifier régulièrement la toiture de votre logement, ainsi que les canalisations et joints ;
  • Entretenir les gouttières ;
  • Systématiquement bien fermer les robinets ;
  • Isoler vos canalisations et votre compteur d’eau, pour éviter les explosions liées au gel.
Cet article vous a-t-il été utile ?