En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Logement : 1 Francilien sur 10 victime de punaises de lit

Les punaises de lit deviennent un problème grandissant dans les habitations. Rien qu’en Île-de-France, ces nuisibles ont fait plus de 1,3 million de victimes depuis 2016.

Les punaises de lit constituent un fléau dont tout le monde se passerait bien. Et elles sont d’autant plus inquiétantes qu’elles se propagent de plus en plus dans l’Hexagone, tout particulièrement en Île-de-France. Selon le site Badbugs.fr dévoilée par Le Parisien, depuis 2016, plus de 1,3 million de Franciliens en ont été victimes.

« Ce chiffre est monstrueux, cela signifie qu’un habitant sur dix a été infesté par des punaises de lit ces cinq dernières années », commente Nicolas Roux de Bézieux, cofondateur de Badbugs.fr, plateforme de prise de rendez-vous pour se débarrasser des nuisibles. L’Île-de-France serait la région la plus touchée du pays, avec 29% de la population infestée.

Un fléau à ne pas sous-estimer

Tout le monde peut avoir affaire à ces petites bêtes redoutables : toutes les catégories socio-professionnelles sont concernées. La tranche d’âge 18-34 ans demeure toutefois la plus touchée, ce qui s’explique logiquement. « Les voyages (44 %) et les interactions sociales (30 %) sont les deux principales causes de la propagation des punaises de lit », rappelle Nicolas Roux de Bézieux. Les déménagements représentent aussi la 3e source de contamination, suivis du marché de seconde main.

Ceux qui en ont été victimes pourront le confirmer : les punaises de lit ne doivent pas être prises à la légère. En 2020, les interventions de professionnels ont progressé de +76%. « Leur propagation est exponentielle depuis quatre ans, et si on enregistre moins de demandes de la part des hôtels et restaurants, on assiste à un report des infestations sur l’habitat résidentiel », note Stéphane Bras, porte-parole de la Chambre syndicale des métiers de la dératisation, désinsectisation et désinfection (CS3D).