En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Sinistre auto : les démarches pour être indemnisé

Claire Tourdot - mis à jour le

Obtenir son permis de conduire, acheter une voiture, assurer son véhicule… toutes ces étapes jalonnent la vie d’un automobiliste. En revanche, faire face à un sinistre peut rapidement prendre de court celui qui n’y est pas préparé. Que faire lorsque l’inattendu se produit ? Quelles prises en charge sont proposées par les compagnies d’assurance ?

La notion de « sinistre » englobe tout dommage – matériel ou corporel – entraînant une indemnisation de la part d’un assureur auto. On trouve dans cette catégorie le classique accident de la route, mais aussi le vol, l’incendie et le bris de glace.

A chaque type de sinistre, son indemnisation : l’assuré peut se tourner vers sa compagnie d’assurance pour connaître les détails concernant le montant de la prise en charge des dégâts. Cette somme varie fortement selon que l’assuré ait fait le choix de souscrire un simple contrat « au tiers » ou une formule plus complète comme l’assurance « tous risques ».

Quelques jours pour déclarer le sinistre

Pour pouvoir enclencher la procédure d’indemnisation, l’assuré doit contacter sa compagnie d’assurance par téléphone ou en se rendant directement en agence. Il est important de ne pas perdre de temps et d’effectuer cette démarche dans les plus brefs délais :

  • Sous 2 jours en cas de vol de la voiture ;
  • Sous 5 jours lorsqu’il s’agit d’un accident de la route, d’un bris de glace ou d’un incendie ;
  • Sous 10 jours suite à une catastrophe naturelle.

Si ce délai fixé par le Code des assurances n’est pas respecté, l’assureur a le droit de prononcer la déchéance des garanties souscrites. Autrement dit, la couverture des dommages est annulée dans sa totalité sans qu’aucun recours ne soit possible.

Les automobilistes roulent mieux mais la mortalité routière augmente.

Attention, l’assuré qui débute les réparations d’une voiture endommagée avant d’en avoir averti son assureur auto prend le risque de perdre une partie de son indemnisation.

Le constat amiable, une formalité nécessaire

Quelques informations sont également à fournir pour faciliter le traitement du dossier d’indemnisation. L’assuré devra préciser la date, l’heure et le lieu précis du sinistre, les noms et coordonnées des personnes impliquées, ainsi que la description détaillée des circonstances.

Cette étape est facilitée par le constat amiable complété juste après l’accident, qu’une tierce personne soit impliquée ou non. Ce document officiel détaille les conditions dans lesquelles se sont produits les faits. De cette manière, les compagnies d’assurances ont tous les éléments à leur portée pour déterminer les torts entre les conducteurs. Sans constat amiable, la procédure d’indemnisation est souvent bien plus compliquée.

Plus de détails sur ce thème