En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

L’interdiction du diesel en France

  • Jusqu'à 75 devis d'assurance auto comparés en 5 minutes.
  • 325€ d'économies en moyenne* pour les mêmes garanties.

L’interdiction du diesel prévue par le Plan Climat et la loi Mobilités se répand dans les plus grandes villes de France, mais aussi dans le monde. Quelles sont les villes qui l’interdisent ? Quelles vignettes Crit’Air sont autorisées ?  Voici un petit guide pour s’y retrouver.

Quelles villes interdisent les moteurs diesel ?

Plan Climat : interdiction du diesel à Paris

Paris interdira le diesel en 2024 dans le cadre du Plan Climat. Cette interdiction entre progressivement en vigueur en s’appliquant d’abord aux voitures classées Crit’Air 3 à partir de 2022. Actuellement, quelle est la règle à Paris ?

  • Depuis 2017, les diesels datant d’avant 2001 (Crit’Air 5) sont bannis en semaine entre 8h et 20h ;
  • Depuis 2019, les diesels Crit’Air 4 de plus de 13 ans sont également interdits de circulation.

La métropole du Grand Paris a interdit depuis juillet 2019 les Crit’Air 5 sur toutes les communes qui entrent dans la zone de l’A86. En 2021, ce sera au tour des voitures Crit’Air 4. En 2022, ce seront les Crit’Air 3 qui n’auront plus le droit de rouler, avant l’interdiction totale en 2024.

La région parisienne, elle, prévoit aussi de limiter puis interdire les diesels d’ici à 2030. Le but est de « sortir de la motorisation thermique » en 2040.  

L’interdiction du diesel dans les autres villes de France

Mis à part Paris, de nombreuses grandes villes françaises ont décidé d’interdire le diesel au sein de leurs frontières. On compte parmi elles :

  • Clermont-Ferrand ;
  • Fort-de-France ;
  • Grenoble ;
  • Lyon ;
  • Marseille ;
  • Nice ;
  • Reims ;
  • Rouen ;
  • Saint-Etienne ;
  • Strasbourg ;
  • Toulon ;
  • Toulouse.
Hors du pays, de très nombreuses capitales et villes se mettent à interdire le diesel. Par exemple : Bruxelles, Rome, Athènes, Barcelone, Hambourg.

Interdiction du diesel en 2040

Ventes véhicules diesel

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot avait annoncé dans son Plan Climat la fin des ventes de moteurs diesel et essence en 2040. Cette volonté a été traduite dans la loi Mobilités, qui prévoit « la fin de la vente des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers neufs utilisant des énergies fossiles d’ici à 2040 ». Cet objectif semble très difficile à atteindre, d’autant que les véhicules thermiques représentent 95% du parc automobile actuel.

L’interdiction du diesel soulève de grands débats, notamment sur les emplois menacés. Selon le syndicat Force Ouvrière, 340 000 emplois seraient « sous la menace d’une casse sociale sans précédent en France ».

Selon la fondation Nicolas Hulot, le secteur des transports est le premier responsable des émissions de gaz à effet de serre (30%). La Suède, les Pays-Bas, le Danemark ou encore l’Inde ont déjà décidé l’interdiction des voitures diesel en 2030, soit dix ans avant le délai français. L’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a proposé un plan d’accompagnement pour rendre l’objectif possible, avec de très forts investissements financiers.

Interdire le diesel : avantages et inconvénients

Pour l’interdiction du diesel

L’interdiction du diesel peut avoir de nombreux avantages, surtout d’un point de vue environnemental. Il est reconnu que le diesel émet des oxydes d’azote ainsi que des benzopyrènes, qui sont des particules fines cancérigènes, à l’origine de nombreuses allergies et maladies respiratoires. Dans les grandes villes, le taux de particules fines et ultrafines dépasse très largement les taux légaux européens.

Autre argument de poids, la motorisation diesel pèse 7 milliards d’euros annuels dans le budget de l’Etats.

diesel-sondage

Contre l’interdiction du diesel

Le débat divise l’opinion publique, car il n’y a pas que des questions écologiques attachées à ce sujet. Le diesel reste la principale motorisation du parc automobile, bien que sa part se réduise comme peau de chagrin. Les voitures diesel sont maintenant toutes équipées de filtres efficaces contre les particules fines (quid des ultrafines ?). Enfin, la fin du thermique et la transition vers l’électrique serait un gouffre économique pour les constructeurs, en particulier les constructeurs français qui avaient gagné la bataille du diesel.

Cet article vous a-t-il été utile ?