En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Quand les non-assurés font augmenter les prix des assurances auto

Le gouvernement veut augmenter la contribution des assureurs au Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO). Alors qu’il a pour fonction d’indemniser les victimes d’accidents avec des non-assurés, cette hausse devrait se répercuter sur les tarifs des assurances auto.

Hausse des tarifs de l'assurance auto

Les primes d’assurance auto des Français risquent donc d’augmenter à cause… des automobilistes non-assurés. Le gouvernement a déposé cette semaine un amendement au projet de loi de Finances 2019 afin d’augmenter la contribution des assureurs au Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO).

Dans le détail, le plafond légal de contribution des compagnies d’assurance passerait alors à 25%. Il est aujourd’hui de 12% et était l’année dernière de 1%. « Le relèvement à 25 % du plafond légal de cette taxe permettrait de mobiliser, si cela s’avérait nécessaire, un produit supplémentaire maximal de 33 millions d’euros par an » pour le FGAO, explique le gouvernement.

Les conséquences néfastes du défaut d’assurance

Selon Les Echos, le gouvernement veut faire face à l’augmentation des accidents causés par les individus en situation de défaut d’assurance. Les montants d’indemnisations des victimes assurées par le FGAO se sont ainsi élevés à 85,2 millions d’euros en 2017. Cependant, les recours contre les fautifs roulants sans assurance n’ont permis de récupérer que 11,6 millions d’euros.

Par ailleurs, le journal Les Echos estime que cette mesure risque de se répercuter sur les prix des assurances auto en 2019. Les premières estimations faisaient état d’une hausse d’environ 1% à 2% du fait du coût des réparations. Les assurés vont donc croiser les doigts pour que la mise en place du Fichier des véhicules assurés (FVA) baisse les montants d’indemnisations du FGAO dès janvier.