En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les Français travaillent même lorsqu’ils sont malades

Le ministère du Travail vient de dévoiler une étude qui montre qu’un jour d’arrêt maladie sur quatre, les salariés sont tout de même allés au travail. Le présentéisme progresse aux dépens de la santé.

La Direction des études et des statistiques (Dares) a mené une étude auprès de 19 200 salariés entre octobre 2015 et juin 2016. L’enquête révèle que les « salariés signalent en moyenne onze jours de maladie qui ont donné lieu à huit jours d’absence au travail ». Sur la période de maladie, 27% du temps, les salariés sont allés travailler malgré leur état.

Ce phénomène de présentéisme est bien plus marqué en France que dans les autres pays européens. En 2015, 62% des Français déclaraient avoir fait au moins un jour de présentéisme en cas de maladie ; tandis que la moyenne des pays de l’Union européenne est située à 42%. Qu’est-ce qui explique de tels chiffres ?

Un facteur : les mauvaises conditions de travail

« La propension au présentéisme varie d’abord en fonction de l’état de santé des salariés : plus le nombre annuel de jours de maladie est élevé, plus la part des jours de présentéisme dans l’entreprise est faible », observe la Dares. On remarque donc que les Français qui ne déclarent qu’un ou deux jours de maladie par an font 83% de présentéisme, contre 21% pour ceux qui sont malades plus de 15 jours par an.

Autre critère déterminant : les conditions de travail. La Dares indique ainsi que « les salariés qui signalent de mauvaises relations avec leur hiérarchie, un travail intense ou un sentiment d’insécurité économique ont tendance à passer au travail une part plus importante de leurs jours de maladie ». Beaucoup de Français qui ont beaucoup de travail préfèrent subir une journée difficile que retrouver une montagne de tâches à son retour d’arrêt maladie.