En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Le fonctionnement de la garantie « valeur à neuf »

Claire Tourdot - mis à jour le

Après le vol ou la destruction totale d’une voiture, certains contrats d’assurance auto prévoient une indemnisation correspondante au prix d’achat du véhicule sinistré. Lumière sur la garantie « valeur à neuf » : une option salvatrice dans bien des cas, en particulier suite à l’acquisition d’une voiture neuve.

Le remboursement du prix d’achat de la voiture

En principe, lorsqu’un sinistre auto survient, l’automobiliste est indemnisé par sa compagnie d’assurance en fonction de la valeur marchande de sa voiture. Cette somme établie par un expert prend en compte la cote Argus du véhicule sur le marché de l’occasion, mais aussi l’état général de l’engin, son kilométrage et les réparations récemment effectuées. Or, le plus souvent, l’indemnisation proposée est inférieure à l’investissement initial de l’assuré au moment de l’achat.

Pour espérer une meilleure prise en charge, les assurés peuvent compléter leur contrat auto par la garantie « valeur à neuf ». Exclusivement réservée aux véhicules récents de moins d’1 an, cette option déclenche selon les cas :

  • Le remplacement de la voiture sinistrée par un véhicule neuf de la même valeur ;
  • Ou, plus couramment, le remboursement du prix d’achat de la voiture.
Astuce Malynx !

Suivant le processus d’indemnisation, certaines compagnies d’assurance peuvent mettre à disposition un véhicule de remplacement disponible jusqu’à 30 jours.

Deux cas d’application précis

Une seule condition prévaut à l’application de la garantie « valeur à neuf » : l’assuré ne doit plus être en capacité d’utiliser sa voiture. C’est en général le cas lorsque le véhicule est grièvement endommagé ou qu’il a tout simplement été volé.

La voiture est irréparable

Destruction d'une voitureAprès un important accident de la route, l’expert d’assurances peut décréter qu’une voiture est économiquement irréparable (VEI). En d’autres termes, le montant des réparations à effectuer est supérieur à la valeur du véhicule. Si l’assuré est victime de l’accident, c’est à la compagnie auto du conducteur responsable de reverser une indemnisation suffisante au remplacement de la voiture. Autrement, la garantie « valeur à neuf » entre en jeu.

La voiture a été volée

Que faire en cas de vol de voiture ?Il faut noter que la garantie « valeur à neuf » n’offre pas les mêmes services que la protection contre le vol. Dans l’hypothèse où un véhicule reste introuvable 30 jours après avoir été dérobé, l’assuré couvert par la garantie « vol » n’est remboursé que de la valeur marchande estimée par l’expert. En revanche, en ayant souscrit la garantie « valeur à neuf », il est certain de toucher l’intégralité du prix de sa voiture. Un écart qui fait toute la différence au moment de financer l’achat d’une nouvelle voiture.

Opter pour une « valeur à neuf » étendue

C’est une constante chez toutes les compagnies d’assurance : la garantie « valeur à neuf » n’est pas valable indéfiniment, mais dure généralement de 6 mois à 2 ans. Pour continuer à rouler l’esprit tranquille, les assurés ont le choix d’étendre leur protection jusqu’à 5 ans. Cette extension de garantie est notamment judicieuse dans le cas d’une voiture haut de gamme ou de collection.

Toutefois, l’assuré doit s’attendre à un impact direct sur le prix de son assurance auto : plus la garantie dure longtemps, plus la cotisation est élevée. La meilleure solution reste alors de faire jouer la concurrence en comparant les contrats afin d’être certain de bénéficier d’une protection optimale à un coût raisonnable.