En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Qu’est-ce qu’une prime d’assurance auto ?

  • 50 contrats d’assurance auto comparés en 5 minutes
  • 310€ d’économies en moyenne* par an à garanties équivalentes
Assurance auto
Comparer
Comparer

La prime est le montant de base de l’assurance d’une voiture. Elle peut être influencée par certains critères comme le niveau de protection ou encore le bonus-malus du conducteur. Mais comment sont calculées ces primes d’assurance auto ? Comment les garanties proposées influent sur son montant ? Explications.

Qu’appelle-t-on prime d’assurance auto ?

On appelle prime d’assurance auto la somme que devra payer l’assuré à une compagnie d’assurance pour être couvert par les garanties de celle-ci. Cette prime d’assurance est généralement calculée sur une période d’assurance entière (soit 12 mois) et est réévaluée chaque année à l’aide de plusieurs critères déterminés lors de la souscription du contrat.

Il est possible d’échelonner les paiements de la prime d’assurance auto au mois, au trimestre ou à l’année. Le prélèvement automatique au mois est le moyen de paiement le plus utilisé par les Français. Cependant, en raison des frais de gestion, un paiement au mois revient plus cher qu’un règlement annuel.

Comment est calculée la prime d’assurance auto ?

Le calcul de la prime auto est réalisé par l’assureur à partir du niveau de protection (au tiers, tous risques…) et de critères lui permettant de dresser un profil du conducteur, du véhicule à assurer afin d’évaluer le risque qu’il représente.

Le conducteur

L’assureur évalue le risque présenté par le conducteur afin de calculer sa prime d’assurance. Il s’agit de déterminer le risque d’accidentalité présenté par le conducteur. Pour cela, l’assureur s’appuie sur :

  • Les caractéristiques du conducteur

Tout d’abord, l’assureur demande l’âge du conducteur.

  • les jeunes conducteurs sont considérés comme personnes « à risque » par les assureurs (présentant une conduite moins sécuritaire, ayant moins d’expérience). Ils subissent une surprime automatique de 100%. A chaque année passée sans accident responsable, la surprime diminue de moitié ;
  • les personnes âgées sont considérées comme « à risque », les assureurs estimant qu’au-delà de 60 ans, les capacités visuelles et auditives diminuent.

L’assureur prend également en compte la situation professionnelle de l’assuré et évalue s’il s’agit d’un métier à risque ou non pour la voiture (travailleurs du BTP, chauffeurs routiers…)

  • L’usage du véhicule

Le lieu de résidence importe aux yeux des assureurs : statistiquement, les risques de sinistres sont plus élevés dans les grandes villes. Autre critère pris en compte lors de l’évaluation de la prime d’assurance auto : le mode de stationnement du véhicule (parking souterrain, couvert, pas de parking, garage…). Plus le mode de stationnement est sécuritaire, moins la prime est élevée.

Ensuite, si le véhicule doit être emprunté par un second conducteur, l’assureur doit en être informé. L’ajout d’un conducteur occasionnel entraîne souvent une surprime mais les avantages de la déclaration de l’emprunt fréquent du véhicule sont nombreux :

  • le conducteur principal n’a pas à faire de déclaration à l’assurance à chaque fois qu’il prête son véhicule à cette personne ;
  • le conducteur secondaire est couvert au même titre que le principal ;
  • l’obligation de paiement de la prime concerne uniquement le conducteur principal. Seul lui peut régler ses factures directement à l’assurance.

prime d'assurance auto

Un second conducteur ne peut pas emprunter le véhicule assuré tous les jours ou de manière très régulière. Le non-respect de cette règle peut avoir de lourdes conséquences et constitue une fraude à l’assurance.

  • Les antécédents de conduite 

L’assureur s’informe également des antécédents du conducteur. C’est-à-dire son historique vis-à-vis de son ancien assureur. L’assuré peut demander un relevé d’information à n’importe quel moment à son assureur actuel. Sur ce document figure le nombre d’accidents responsables ainsi que l’état du bonus-malus du conducteur.

Les infractions routières imputables au conducteur risquent également d’alourdir la prime d’assurance auto.

Le véhicule à assurer

Lors de la souscription d’un contrat, l’assureur prend d’abord compte des informations générales sur l’automobile : sa marque, son modèle, le prix d’achat, le type de motorisation ainsi que l’année de 1ère mise en circulation. Il pourra également s’appuyer sur la côte argus de la voiture pour en déterminer le coût.

Une voiture neuve et haut de gamme coûtera plus cher à assurer qu’une voiture standard et âgée. En effet, s’il faut la remplacer ou indemniser l’assuré, les frais ne seront pas du tout les mêmes entre les 2 types de voiture : technologie onéreuse à remplacer, valeur à neuf plus élevée…

Autre critère important dans le calcul de la prime d’assurance auto : la probabilité de vol. Il existe de nombreux sondages et études réalisées par des magazines spécialisés et des associations de consommateurs, qui déterminent quelle voiture est plus susceptible de se faire voler qu’une autre. En conséquence, assurer un tel véhicule contre le vol pourra être plus cher.

Niveau de garantie et prime d’assurance auto

Plus un assuré choisira des garanties fortes et complètes, plus la prime lui coûtera cher.

  • l’assurance au tiers est l’assurance minimum obligatoire à souscrire pour un véhicule motorisé. Si le conducteur est déclaré responsable d’un accident, elle s’occupera seulement d’indemniser la victime. Il s’agit du contrat le moins cher ;
  • l’assurance intermédiaire ou tiers amélioré permet de limiter ses dépenses et d’ajouter quelques garanties à une assurance au tiers conventionnelle. Dans la plupart des contrats intermédiaires, les garanties essentielles sont conservées et sont complétées par la prise en charge de risques matériels (bris de glace, vol et incendie, tempêtes et forces de la nature) ;
  • l’assurance tous risques : il s’agit d’une protection optimale qui assure le conducteur contre un grand nombre de sinistres. Beaucoup plus complète, elle est généralement composée de garanties : vol et vandalisme, bris de glace, incendie, collision…. La prise en charge totale du conducteur et du véhicule a cependant un coût.

L’assurance au kilomètre est une formule supplémentaire que certaines compagnies d’assurance proposent. Cela permet d’avoir une prime souvent plus basse, en accord avec les kilomètres parcourus. Elle est donc plus avantageuse pour les conducteurs roulant peu.

L’inflation du marché de l’assurance

Au sein même du marché assurantiel, certains facteurs font grimper le montant de la prime d’assurance d’une année sur l’autre. C’est le cas notamment de l’évolution de la sinistralité au cours de l’année, c’est à dire la proportion de sinistres arrivés au cours de l’année précédente.

Les changements de situation qui impactent la prime d’assurance auto

Certaines modifications des renseignements pris lors de la signature du contrat peuvent influencer le montant de la prime d’assurance automobile :

  • les changements de situation concernant le conducteur (familiale, professionnelle, déménagement…) ;
  • la modification des informations du véhicule (achat, vente, poids…).

Ces modifications pourront entraîner une évolution de la prime, voire, pour le cas du changement de véhicule, la souscription d’un nouveau contrat plus adapté.

Chaque changement de situation doit être déclaré à l’assureur. Si l’assuré ne présente pas de lui-même ces évolutions, il risque la résiliation de contrat ainsi que le remboursement de toutes les indemnités perçues.

L’influence du bonus-malus sur la prime d’assurance

Échelonné entre 0,5 et 3,5, le bonus-malus est un coefficient multiplicateur qui vient pondérer la prime d’assurance auto. Lors de la souscription à une première assurance auto, le bonus-malus est égal à 1. Chaque année, une réévaluation de ce coefficient est opérée. Deux cas de figure peuvent se présenter :

  • si la conduite du propriétaire de la voiture est bonne, son bonus-malus sera diminué de 5%, ce qui fera baisser le montant de l’assurance ;
  • si le conducteur se rend responsable d’un sinistre, son bonus-malus sera majoré de 25%, faisant augmenter le prix payé. Ceci se reproduira lors de chaque sinistre déclaré par l’assuré.
Astuce Malynx !

Un bonus-malus est toujours personnel et ne dépend pas du véhicule utilisé par l’assuré ni du montant de la prime d’assurance auto. Il peut donc changer d’assureur sans perdre son bonus. Il gardera son bonus et pourra le faire évoluer par la suite.

Si l’assuré arrive à obtenir un bonus-malus de 0,5, après 13 ans minimum sans sinistre responsable, l’assureur peut lui proposer de conserver ce bonus avantageux pour le reste de sa vie et ce, même s’il est responsable d’un sinistre dans les années suivantes.

Âge, bonus-malus, lieu de résidence… Il n’est pas toujours possible de jouer facilement sur les critères de calcul de la prime d’assurance pour la faire baisser. Il est pourtant possible pour un assuré d’influencer le coût de son assurance auto en comparant les devis en ligne, que ce soit pour changer de contrat ou pour renégocier auprès de son assurance la couverture de sa voiture.