En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Mutuelle : que se passe-t-il au passage à la retraite ?

Julien Prioux - mis à jour le

Le départ à la retraite est un moment de vie important pouvant avoir un impact en matière de santé. Comment la mutuelle santé est-elle affectée ? Est-il possible de conserver une mutuelle d’entreprise ? Explications.

Quelles options de mutuelle pour un retraité ?

Au moment de partir à la retraite se pose la question de la mutuelle santé. En effet, les besoins de santé évoluent avec l’âge (lunettes, prothèses dentaires, prothèses auditives…) et devenir retraité peut être l’occasion de remettre en question une couverture santé en pensant à l’avenir. Faut-il souscrire une nouvelle mutuelle retraite ou conserver un contrat existant ?

Le senior arrivant à la retraite se retrouve face à 2 cas de figure :

  • il dispose d’une mutuelle santé individuelle. Dans ce cas, celle-ci continue de le couvrir indépendamment de son passage à la retraite avec les mêmes garanties et les mêmes cotisations.
  • il a souscrit une mutuelle collective auprès de son entreprise. Il a la possibilité de conserver cette couverture (sous certaines conditions) ou de souscrire une mutuelle individuelle.
Astuce Malynx !

Dans les 2 cas, il est judicieux pour un retraité de faire un état des lieux de ses besoin et des offres présentes sur le marché en comparant des devis de mutuelle retraite.

Et pour les mutuelles santé spécifiques ?

Dans le cas où un retraité souscrivait jusque-là une mutuelle auprès d’une compagnie proposant des offres spécifiques à certaines professions (fonction publique, enseignants, travailleurs indépendants…), la complémentaire santé continue de le couvrir sans démarche nécessaire.

mutuelle retraite

Faut-il changer de mutuelle à la retraite ?

Parce que la mutuelle santé est maintenue au moment du passage à la retraite, il est facile de ne pas y penser et de conserver le même contrat. Pourtant, l’assurance complémentaire santé pour un retraité n’est pas nécessairement la même que pour un assuré normal puisque ses besoins de santé vont généralement augmenter avec l’âge.

Il n’est donc pas obligatoire de changer de complémentaire santé, mais il est à l’avantage pour le nouveau retraité de comparer les mutuelles retraite pour s’assurer qu’il bénéficie d’une couverture adaptée et, le cas échéant, en changer facilement.

Une personne dont la pension de retraite est très modeste, peut bénéficier d’une complémentaire santé gratuite par le biais de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), qui dispense notamment de l’avance des frais de santé.

Est-il possible de conserver une mutuelle entreprise à la retraite ?

Au passage à la retraite, un salarié peut continuer de bénéficier du contrat collectif santé souscrit par son entreprise. Le maintien de cette couverture santé n’est cependant pas obligatoire et il peut s’avérer avantageux de changer de complémentaire santé.

Comment en faire la demande ?

Pour conserver la mutuelle santé collective lors de son passage à la retraite, l’assuré doit adresser une demande par courrier recommandé à l’organisme assureur dans un délai de 6 mois à compter du départ de l’entreprise.

Astuce Malynx !

L’assureur ne peut pas demander au retraité de remplir un questionnaire médical ou appliquer un délai de carence lors de la portabilité du contrat. La continuité de la couverture santé est immédiate et sans restriction.

Qu’est-ce que la portabilité des droits ?

Lorsqu’un contrat collectif de mutuelle santé est maintenu (sur demande du retraité), les garanties déterminées par l’employeur sont conservées : il s’agit de la portabilité des droits.

Ainsi, les risques médicaux couverts et les niveaux de remboursement ne peuvent être modifiés par l’assureur. La portabilité des droits n’a pas de limitation dans le temps : le retraité est couvert dès sa demande et sans limitation de durée.

mutuelle retraite

Qu’est-ce qu’une mutuelle retraite loi Evin ?

La loi Evin du 31 décembre 1989 prévoit que les salariés quittant une entreprise aient la possibilité de conserver leur complémentaire santé collective. Elle concerne notamment les personnes partant à la retraite.

Pour autant, dans le cadre de la loi Evin, le retraité n’est techniquement plus rattaché au contrat collectif de son ancienne entreprise : il bénéficie d’un autre contrat, celui-ci individuel, qui conserve le niveau de couverture et les garanties du contrat collectif.

Si la protection d’une mutuelle retraite loi Evin reste alors la même, le montant des cotisations va, lui, augmenter de manière considérable. Opter pour ce type de mutuelle n’est donc pas toujours avantageux.

A partir du 1er juillet 2017, l’augmentation des cotisations est plafonnée sur 3 ans. La 1ère année, les tarifs ne peuvent excéder les tarifs proposés aux salariés de l’entreprise. La hausse est limitée à 25% la 2ème année et à 50% la 3ème.

Les points sur lesquels être prudent

En optant de conserver sa mutuelle collective d’entreprise, un retraité doit faire attention à l’impact de la loi Evin sur la couverture souscrite :

  • Les ayants-droits (conjoint, enfants…) profitant jusque-là de la mutuelle d’entreprise ne sont plus couverts par le contrat et devront par conséquent souscrire une mutuelle individuelle.
  • Les garanties prévues dans le cadre de la complémentaire santé collective ne peuvent plus changer pour le retraité, même si elles évoluent pour les salariés de l’entreprise.

Une mutuelle est-elle obligatoire en maison de retraite ?

L’arrivée en maison de retraite (médicalisée ou non) peut engendrer des frais importants : le coût de l’hébergement (restauration, blanchissage, animation, administration…) ainsi que le tarif dépendance personnes âgées (dépenses de matériel, rampes d’accès, mobilier adapté…).

La Sécurité sociale propose un « forfait soins » qui prend en charge les soins médicaux et paramédicaux pouvant s’avérer nécessaires pour le résident d’une maison de retraite médicalisée. Cependant, l’ensemble des examens (radiographies, soins dentaires, hospitalisation…) et les consultations de spécialistes à l’extérieur de la structure restent à la chargé du retraité. Comme n’importe quel patient, ce reste à charge nécessite alors la souscription d’une complémentaire santé.