En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Conduire à l’étranger : derniers conseils avant le grand départ

Jihane Bensouda - mis à jour le

Rouler à gauche en Angleterre ou céder la priorité aux éléphants sur les routes de Thaïlande – si vous avez décidé de vous rendre dans un pays étranger avec votre véhicule, vous allez être confronté à des habitudes de conduite locales plus exotiques les unes que les autres.

Conduire à l'étranger : conseils

Sillonner les routes de votre pays fétiche est un rêve à portée de mains. Mais pour éviter que votre expérience des routes étrangères ne tourne au cauchemar, mieux vaut se renseigner sur les bons réflexes à prendre au volant pour ne pas être pris par surprise et risquer l’accident. Taux d’alcoolémie, limitations de vitesse, particularités du pays… Un conducteur averti en vaut deux !

Se lancer à l’assaut des routes européennes n’a rien à voir avec la façon de conduire à Bangkok ou la traversée de part et d’autre du continent américain. Pour bien se préparer, tout dépend du pays où vous avez choisi de vous rendre.

En cas de souci à l’étranger : Avant votre départ vers des destinations inconnues, pensez également à interroger votre assureur auto. Dommages matériels et corporels, protection juridique, assistance ou dépannage. C’est le moment de faire un point sur les garanties auto auxquelles vous avez droit en fonction de l’assurance auto que vous avez souscrite.

Sans être exhaustif, LeLynx.fr vous donne quelques repères pour partir du bon pied.

Conduire à l’étranger : se préparer avant de prendre la route

Faites réviser votre véhicule : Si vous partez avec votre voiture, vérifiez qu’elle n’a pas besoin de réparations avant votre départ. Les plaquettes de frein sont-elles en bonne état ? Les amortisseurs opérationnels ? Les pneus suffisamment gonflés ? Un petit tour chez votre garagiste et vous en aurez le cœur net.

Après la révision, songez à partir correctement équipé : vérifiez l’état de votre roue de secours, emportez une lampe-torche, procurez-vous un extincteur, une trousse de secours, des ampoules de rechange et quelques outils au cas où. Ne surchargez pas votre voiture : retirez les paquets et objets lourds qui vous encombrent.

Ne pas oublier d’apposer l’autocollant F pour signaler que vous venez de France.

Assurance auto et papiers de la voiture : Avant toute chose, informez votre assureur auto que vous vous rendez à l’étranger avec votre véhicule. Votre contrat d’assurance auto comprend peut-être des garanties suffisantes pour voyager dans l’Union Européenne mais certaines destinations sont plus risquées que d’autres et nécessitent une assurance auto plus complète.

Les garanties à l’étranger

Mieux vaut demander à votre assureur ce qu’il en est de la garantie de votre véhicule en cas de vol, d’incendie ou de dommage. Renseignez-vous dans quelles circonstances vous pouvez être dépanné. Si vous n’êtes pas suffisamment couvert, demandez une extension de garantie qui viendra compléter votre contrat d’assurance auto initial pour la durée de votre voyage.

Petit rappel pour les têtes en l’air. Emportez avec vous votre permis de conduire, votre passeport, votre carte grise, votre attestation d’assurance ou carte verte si vous en avez une, et le numéro de téléphone pour l’assistance et le dépannage de votre véhicule.

Circuler en Europe : ce qu’il faut savoir

Le permis de conduire français est valable dans toute l’Europe. Bonne nouvelle ! Depuis 1996, vous pouvez conduire votre voiture française dans tous les pays de l’Union Européenne avec un permis français. Outre la France, vous pouvez conduire en toute légalité dans les 26 pays de l’Union Européenne auxquels se rajoutent l’Andorre, Monaco, San Marin, la Norvège, l’Islande, la Suisse et le Liechtenstein.

Si la langue change d’un pays à l’autre, le code de la route reste à peu près le même partout en Europe. Gardez vos bonnes habitudes : port de la ceinture de sécurité, respect des limitations de vitesse, interdiction de téléphoner au volant…

Les limitations de vitesse

Conduire à l’étranger n’est pas une raison pour enfreindre le code de route. Certains pays ont la réputation de sanctionner sévèrement les excès de vitesse. En ville, la vitesse est la plupart du temps limitée à 50 km/h, à l’exception du Royaume-Uni (48 km/h) et de la Pologne (60 km/h entre 23h et 5h).

Sur la route, la vitesse maximale tourne autour de 90 km/h dans la plupart des pays européens mais elle est abaissée à 80 km/h au Danemark, en Grèce et aux Pays-Bas et s’élève à 100 km/h au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche et en Finlande.

Sur autoroute, la vitesse maximale varie d’un pays à l’autre : de 80 km/h en Grèce à 120 km/h en Belgique, Espagne, Finlande, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal ou Suisse. A noter qu’en Allemagne, la vitesse sur autoroute n’est pas limitée sauf indication contraire : nos voisins allemands roulent habituellement à 130 km/h.

Les taux d’alcoolémie

La majorité des pays européens ont adopté le seuil de 0,5 g/l d’alcool dans le sang, soit 2 verres de vin. Le taux d’alcoolémie est abaissé à 0,2 g/l en Pologne et en Suède, tandis qu’il est de 0,8 g/l au Royaume-Uni, en Italie, au Luxembourg et en Irlande. Attention en Estonie, Roumanie, Slovaquie, République Tchèque et Hongrie : tolérance zéro pour l’alcool au volant !

Conduire dans le reste du monde

Permis de conduire local ou international ? Si vous vous rendez dans un pays qui a signé un accord de réciprocité avec la France, vous pouvez rouler avec votre permis de conduire français dans le pays en question pendant un temps. Au-delà de 3 mois, il vous sera demandé de présenter un permis de conduire local pour vous servir d’un véhicule. Pas de panique ! Vous n’avez nul besoin de repasser l’examen du permis de conduire sur place. Seulement de lancer la procédure administrative pour obtenir un permis local.

Si votre pays de destination n’a pas d’accord avec la France, autant se procurer en préfecture ou sous-préfecture un permis de conduire international avant le jour du départ. Sachez vous y prendre à l’avance : c’est une formalité gratuite mais qui prend du temps. Le permis international est valable 3 ans. Si vous prévoyez de rester plus longtemps, passez le permis de conduire local.

Attention si vous partez en Chine : le permis international n’y est pas reconnu. Vous devez donc vous procurer un permis de conduire local. En cas de doute sur le pays de votre destination et la réglementation en vigueur, renseignez-vous auprès du consulat.

Redoublez de prudence au volant

Arrivé à bon port, vous remarquerez très vite que les habitudes de conduite des populations locales peuvent être très surprenantes. En Inde ou en Chine, nombreux sont les conducteurs qui doublent du mauvais côté, n’utilisent pas leur clignotant ou ne cèdent pas la priorité. A Cuba, rares sont les panneaux indiquant la réglementation. A vous de faire preuve de bon sens ! Au Mexique, les feux de signalisation sont gris la nuit. Vous pouvez donc rouler sans vous arrêter aux feux rouges…
Avant de partir, familiarisez-vous avec le code de la route et les panneaux de signalisation du pays où vous vous rendez. Une fois là-bas, roulez de préférence sur les grands axes routiers et évitez de circuler la nuit. Garez votre voiture dans des parkings surveillés. Fermez toujours votre véhicule à clé et ne laissez pas de biens en évidence sur les sièges ou le tableau de bord.

Assurance auto à l’étranger : avez-vous pensé à tout ?

Délivrée par votre assureur auto, la carte verte permet de prouver au moment de passer la frontière que vous êtes bien assuré en cas d’accident à l’étranger. En possession de la carte verte, vous serez indemnisé au titre de l’assurance auto souscrite en France et les tiers seront dédommagés pour les éventuels dégâts causés par votre véhicule.

Valable pour la période prévue par votre contrat d’assurance auto, la carte verte doit être présentée à la frontière pour se rendre dans les pays suivants : Albanie, Bosnie Herzégovine, Biélorussie, Israël, Iran, Maroc, Moldavie, Ancienne République yougoslave de Macédoine (FYROM), Serbie, Monténégro, Russie, Tunisie, Turquie et Ukraine.

Pour savoir si votre assureur auto vous couvre dans le pays où vous souhaitez vous rendre, vérifiez les destinations au dos de votre carte verte. Si le pays en question est rayé ou si votre carte verte est expirée, vous devez souscrire sur place une assurance auto frontière qui vous assurera les garanties minimales obligatoires.

Au sein de l’Union Européenne, pas besoin de carte verte !

Assurance auto frontière : Vous pouvez souscrire une assurance auto temporaire dans le pays où vous souhaitez séjourner ou à la frontière lorsque vous franchissez la douane. Si vous souscrivez une assurance frontière en France, sachez que les garanties sont valables de 30 à 90 jours, renouvelable une seule fois.

En cas de complications

Accident et indemnisation : En cas de sinistre, il est plus facile de demander une indemnisation auprès de son assureur automobile que de poursuivre le conducteur responsable dans le pays où l’accident est survenu. Cela ne doit pas vous empêcher de garder le bon réflexe : même à l’étranger, en cas d’accident remplissez un constat amiable et prévenez votre assureur auto.

Prenez un maximum d’informations sur le conducteur (adresse, numéro de téléphone, numéro d’immatriculation de la voiture…). Déclarez l’accident à votre assureur le plus vite possible, ainsi qu’au bureau national d’assurance du pays où vous vous trouvez.

Le bureau national d’assurance du pays indemnise les victimes de l’accident puis se fait rembourser par l’assureur auto du conducteur responsable du sinistre. Si, pour une raison ou pour une autre, vous n’êtes pas indemnisé, adressez-vous au Fonds de Garantie automobile en France. Cet organisme est chargé d’indemniser les victimes d’accidents de la route lorsque le responsable n’est pas identifié ou assuré.