En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Médecine douce : le remboursement de l’hypnose

Claire Tourdot - mis à jour le

Médecine douce au même rang que l’homéopathie ou l’acupuncture, l’hypnose est une discipline reconnue pour soulager les douleurs, les angoisses ou encore arrêter de fumer. Sa prise en charge par la Sécurité sociale reste à ce jour partielle : une bonne raison de se tourner vers une mutuelle santé plus complète.

Choisir un médecin conventionné

Bien loin des spectacles à sensation, l’hypnose médicale connaît un regain d’intérêt chez les professionnels de santé, tout autant que les patients à la recherche d’une alternative thérapeutique ou médicamenteuse. Si la pratique reste ponctuelle, elle se révèle efficace pour mettre fin à certains maux : insomnie, addiction, phobie, stress, trouble obsessionnel…

Pour qu’une séance d’hypnose soit prise en charge par la Sécurité sociale, une seule condition prévaut : le médecin généraliste ou le psychiatre doit être conventionné. En d’autres termes, il doit avoir signé avec l’Assurance maladie un accord visant à plafonner le tarif de ses consultations. Dès lors, l’hypnothérapie peut être remboursée à 70 % (sur la base du tarif conventionnel de 23 €), soit 15,10 €. Attention, cette prise en charge n’est valable que si le patient respecte le parcours de soins coordonnés en consultant tout d’abord son médecin traitant.

Il revient ensuite aux mutuelles et complémentaires santé de couvrir les 30 % restant à la charge de l’assuré, c’est-à-dire le ticket modérateur. Selon les formules, certaines assurances santé proposent également le remboursement des dépassements d’honoraires, très fréquents lors d’une séance d’hypnose.

Astuce Malynx !

Pour faciliter le parcours de soins coordonnés, l’Assurance maladie recense sur son site Internet Ameli.fr les différents médecins conventionnés.

Complémentaires santé et médecine douce

Les patients qui préfèrent se tourner vers des praticiens non conventionnés (et donc hors parcours de la Sécurité sociale) devront faire appel à leur complémentaire santé pour bénéficier d’une prise en charge complète de leur séance d’hypnose.

Les mutuelles ont compris l’importance des médecines douces pour maintenir la bonne santé de leurs affiliés et proposent de plus en plus fréquemment le remboursement de ces thérapies alternatives. Selon les formules, la prise en charge peut être établie sur la base d’un pourcentage ou d’un forfait (par exemple, 5 séances par an). A chacun de choisir le bon contrat en comparant les offres d’assurance santé pour pouvoir bénéficier des bienfaits de l’hypnose.

Plus de détails sur ce thème