En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : une prise de sang pour détecter les cancers en 10 minutes

Des travaux menés par des chercheurs australiens concernent la mise en place d’un test capable de détecter un cancer chez une personne en seulement 10 minutes. Via une prise de sang, cette avancée permettrait un meilleur dépistage à un coût abordable.

depistage cancer

Cette solution permettrait d’anticiper la maladie et les soins médicaux pour les individus. Via une prise de sang, un test révolutionnaire inventé par des chercheurs australiens permettrait de détecter un cancer chez une personne en seulement 10 minutes. Son efficacité serait alors de trouver 9 cas de cancer sur 10.

Leurs travaux ont été publiés dans la revue scientifique Nature Communications la semaine dernière. Le test cherche en fait une molécule bien spécifique, détectable dans l’ADN de l’individu, appelée « marqueur biologique universel du cancer ». Si cette molécule est présente dans le sang du patient, le problème de santé est alors présent.

Un dépistage facile à mettre en place et moins onéreux

Cette méthode de dépistage serait bien plus facile à mettre en place et bien moins onéreuse, par rapport à la biopsie utilisée aujourd’hui. Néanmoins, les chercheurs précisent que des examens complémentaires sont nécessaires afin de trouver le type précis de cancer et d’apporter les soins nécessaires aux patients.

Pour rappel, un test sanguin (CancerSEEK) avait déjà été développé par des chercheurs américains afin de dépister les cas de cancer. Cependant, il permettait de détecter 7 cas sur 10 avec des difficultés sur les pathologies les plus difficiles à trouver comme le cancer de la prostate. Cette prise de sang pourrait donc permettre une plus grande efficacité pour stopper le développement de la maladie.