En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Coronavirus : y aura-t-il un report des dates butoir de contrôle technique ?

Les organismes de contrôle technique demandent un report des délais de contrôle technique de 40 jours. Le but : protéger les salariés du secteur et les automobilistes, car les conditions sanitaires ne sont pas assurées.

C’est une question que se posent certains automobilistes en cette période de confinement. Y aura-t-il un report des dates butoir de contrôle technique ? C’est en tout cas ce que demandent les professionnels du secteur au gouvernement. Dans une lettre adressée au ministère de la Santé, les organismes de contrôle technique ont en effet demandé la suspension momentanée de leur agréement en vue de continuer à accueillir le public, selon une information BFMTV.

« Aidez-nous à limiter le trafic dans nos centres en officialisant […] la suspension des agréments centre et contrôleur pendant la période de confinement et en officialisant le report des dates de contrôle technique et de contre-visite de 40 jours », a ainsi écrit Karine Bonnet, directrice générale de Dekra Automotive dans la lettre ouverte adressée à Oliver Véran.

Des conditions sanitaires difficiles

Le courrier au ministère a également été signé par les dirigeants d’autres centres, comme Sécuritest, Autosur ou encore AutoSécurité. Chaque jour, ce sont environ 100 000 véhicules qui sont présentés au contrôle technique ou à des contre-visites. Pour les professionnels, il semble donc difficile d’assurer la sécurité des salariés du secteur et celle des clients. Ils pointent également du doigt des conditions sanitaires loin d’être optimales.

« Nous n’avons actuellement clairement pas les moyens de protéger les salariés de nos centres de contrôle technique ni les automobilistes […] : pas de gant, pas de gel et nous devons contrôler des véhicules remplis de germes ! », explique le courrier. Les professionnels demandent donc au gouvernement un assouplissement. D’autant plus que certains automobilistes ont été sommés de faire demi-tour alors qu’ils se rendaient à un contrôle technique, cet examen ne faisant pas partie des circonstances exceptionnelles pour lesquelles il est autorisé de se déplacer actuellement.