Les infections sexuellement transmissibles (IST) : dépistage et remboursements

  • Jusqu'à 300 devis mutuelle comparés en 2 minutes
  • Jusqu’à 501 € d'économies* réalisées en comparant votre mutuelle santé !

Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont des infections qui se transmettent par voie sexuelle. La gravité des complications qu’elles engendrent en fait un problème de santé publique. Quelles sont les différentes IST ? Comment les dépister ? Les traitements sont-ils remboursés ?

Qu’est-ce qu’une IST ?

Anciennement dénommées MST (pour « maladies sexuellement transmissibles »), les IST sont des pathologies contagieuses. Elles sont causées par des virus, des bactéries ou des parasites qui ont la particularité de se transmettre au cours de relations sexuelles.

Les principales infections sexuellement transmissibles

Les IST bactériennes ou parasitaires :

  • La LGV rectale (lymphogranulomatose vénérienne).
  • Les chlamydioses ;
  • La syphilis ;
  • La blennorragie gonococcique ou gonorrhée.

Les IST virales :

  • Le VIH/sida ;
  • L’hépatite B ;
  • L’herpès génital ;
  • Les condylomes, également appelés verrues génitales ;
  • Le papillomavirus humain (VPH).

Les IST peuvent présenter ou non des symptômes et provoquer des complications plus ou moins graves. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elles sont la principale cause évitable de stérilité, en particulier chez la femme.

Si certaines IST sont faciles à soigner, d’autres, comme les hépatites ou le VIH/sida, engendrent des traitements très lourds et mettent en jeu le pronostic vital. C’est pourquoi il est primordial de s’en protéger.

Par ailleurs, plus tôt l’infection est dépistée, meilleure est sa prise en charge et moindres sont les risques de complications.

Comment attrape-t-on une IST ?

Pour mieux se protéger des IST, il faut éviter les comportements à risques. Par conséquent, il importe d’en connaître les modes de transmission. De plus, savoir reconnaître les premiers symptômes d’une IST permet de la prendre en charge au plus vite et ainsi de limiter les complications.

Contamination par contact

Certaines IST se transmettent uniquement lors de rapports sexuels, par les échanges de fluides corporels ou le contact des muqueuses : c’est le cas de la gonorrhée, de l’herpès, de la chlamydiose à chlamidiae trachomatis et des condylomes.

Autres modes de contamination

La syphilis, l’hépatite B et le VIH (virus de l’immunodéficience humaine responsable du sida), en plus d’être sexuellement transmissibles, présentent d’autres modes de contamination : par les transfusions sanguines, les greffes et de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou l’accouchement.

L’herpès génital, quant à lui, peut également se transmettre par la salive et de la mère à l’enfant lors de l’accouchement.

Quels sont les symptômes ?

une femme croise ses mains sur son pantalon au niveau du vagin

Beaucoup d’IST sont asymptomatiques. En effet, selon l’OMS, « jusqu’à 70% des femmes et une grande proportion des hommes atteints de gonococcie et/ou de chlamydiose ne présentent aucun symptôme ».

Cependant, il est fortement conseillé de consulter un médecin généraliste ou spécialiste si l’on présente les symptômes suivants :

  • Démangeaisons, brûlures, picotements au niveau des organes génitaux ;
  • Plaies, cloques, croûtes, boutons sur le sexe ou l’anus ;
  • Douleurs au bas-ventre ;
  • Pertes vaginales malodorantes, verdâtres ou colorées ;
  • Sécrétions à l’extrémité de la verge.

Quels sont les risques ?

En l’absence de traitement, les IST les plus bénignes peuvent engendrer de graves complications : stérilité, grossesses extra-utérines (chlamydioses), cancer du col de l’utérus ou de la verge…

De plus, le ministère de la Santé précise que « la présence d’une IST, même bénigne, favorise la transmission du VIH ».

Par ailleurs, l’hépatite B et le VIH engagent quant à eux le pronostic vital : l’hépatite est à l’origine de graves maladies du foie souvent mortelles en l’absence de greffe. Le VIH est quant à lui responsable du syndrome de l’immunodéficience acquise (sida) qui détruit tout système de défense du corps humain.

Se protéger des IST par l’information et la prévention

La prévention reste le moyen le plus efficace pour lutter contre l’apparition des infections sexuellement transmissibles. Le ministère de la Santé et les associations veillent à la bonne diffusion de l’information et la prévention des IST.

Quatre gestes simples contre les IST

Le site questionsexualite.fr prodigue quatre conseils de précaution pour éviter d’être contaminé et stopper la transmission des IST :

  • Utiliser un préservatif pour chaque rapport sexuel et avec chaque partenaire dont on ne connaît pas le statut en terme de contamination par le VIH ou les autres IST ;
  • Se faire dépister des IST de manière régulière lorsque l’on a plusieurs partenaires, et à chaque fois que l’on souhaite arrêter le préservatif avec un nouveau partenaire régulier ;
  • Prendre les traitements prescrits par le médecin lorsque l’on découvre que l’on est infecté par une IST, et les suivre jusqu’au bout ;
  • Prévenir son ou ses partenaire(s) afin qu’il(s) ou elle(s) puisse(nt) également se faire dépister et traiter le cas échéant.

De nombreuses structures publiques et associatives proposent de l’information sur les IST et des préservatifs gratuits : Sida-Info-Service, les centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), les associations de lutte contre le sida, les centres de planification et PMI, les centres médico-sociaux, les infirmeries scolaires, les centres d’animation et MJC…

Peut-on se faire vacciner contre les IST ?

Hépatite B et papillomavirus : des vaccins existent

Trois vaccins permettent de prévenir les IST virales :

  • Le vaccin contre l’hépatite A (VHA) ;
  • le vaccin contre l’hépatite B (VHB) ;
  • le vaccin contre les HPV (papillomavirus humain).
Le vaccin contre les infections à papillomavirus humains (HPV) ne protège pas contre tous les HPV. C’est pourquoi il faut effectuer des frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus tous les 3 ans à partir de 25 ans et jusqu’à la ménopause.

Où et comment se faire dépister ?

un patient en consultation avec un professionnel de santé

Le dépistage des IST et plus particulièrement du VIH fait l’objet, en France, d’un important dispositif sanitaire de proximité. LeLynx.fr répertorie ici les structures compétentes dans ce domaine.

Consulter un médecin compétent

Certaines IST peuvent être dépistées par une prise de sang (VIH/sida, hépatite B, syphilis). Mais d’autres nécessitent un examen médical, une analyse d’urine ou encore un prélèvement vaginal.

Par conséquent, il est nécessaire, lorsque l’on présente les symptômes d’une IST ou suite à un rapport non protégé, de consulter son médecin traitant. Il pourra vous orienter vers un urologue ou un gynécologue.

De plus, les femmes doivent avoir un suivi régulier. Le gynécologue pourra ainsi dépister la présence d’une infection ou prescrire des examens complémentaires. Par ailleurs, les dermatologues sont également compétents dans le diagnostic et le dépistage des IST.

Se rendre dans un centre de dépistage

Partout en France, il existe des centres d’information de dépistage et de diagnostic des IST (CIDDIST). On trouve aussi des consultations de dépistage anonyme et gratuit (CDAG). Ces deux lieux proposent des consultations, de l’information et des examens de dépistage anonymes et gratuits.

Enfin, certains centres d’interruption volontaire de grossesse (IVG) et de planification ou d’éducation familiale proposent un dépistage.

Le remboursement des traitements par l’assurance santé

Vous souffrez d’une IST ? Sachez qu’il existe un traitement et une prise en charge spécifique pour chaque infection sexuellement transmise. Il est donc impossible de faire des généralités.

Si la pathologie est grave, votre médecin pourra vous déclarer en affection longue durée exonérante. Dans ce cas, l’Assurance maladie vous remboursement 100% de vos frais de santé liés à l’IST.

Si la maladie est temporaire, la Sécurité sociale vous remboursera aux taux habituels. Dans ce cas, votre mutuelle santé pourra prendre le relai pour vous rembourser une partie ou la totalité du ticket modérateur.

Astuce Malynx !

Votre complémentaire santé actuelle couvre mal vos dépenses de santé ? Changez-en ! Vous pouvez la résilier à tout moment. Alors comparez gratuitement les devis de mutuelle santé et choisissez le contrat qui vous correspond.

Cet article vous a-t-il été utile ?