En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Contrôle technique : les prix ont augmenté de 12% en 2018

Une étude simplauto.com révèle que les tarifs des contrôles techniques auto ont augmenté de 12% en 2018. Une hausse qui s’ajoute à celles des carburants et des pièces détachées.

Le site simplauto.com publie régulièrement des rapports sur l’évolution du prix du contrôle technique. Leur dernière étude a révélé une hausse très importante de 12,3%, le prix moyen passant de 69€ à 77€ en l’espace d’un an sur l’ensemble du territoire. « C’est une hausse historique », observe Mickael Barbosa, fondateur du site automobile.

Comment expliquer une telle augmentation des tarifs ? Sans doute par la nouvelle réforme du contrôle technique mise en place il y a un an, en mai 2018. Les temps d’intervention ont été rallongés et de ce fait, les factures ont augmenté, mais bien plus qu’elles n’auraient dû, selon simplauto.com.

Quels est la ville la plus chère ?

Parmi les départements les plus chers, on compte la Haute-Savoie (97,49€) qui a connu une flambée de 18,5% par rapport à 2017. Où faut-il aller pour payer le moins cher ? C’est la Moselle, dont le prix moyen est de 67,09€, un chiffre en croissance de 10,6%. « Les gens pensent que le prix du contrôle technique est le même partout, ce qui est faux », analyse Mickael Barbosa.

Les villes à éviter pour son contrôle sont Chambéry (90,50€), Troyes (90€), Nice (95,90€) mais surtout Thonon-les-Bains (110€), ville la plus chère, qui affiche une moyenne monstrueuse. Un durcissement du contrôle technique entrera en vigueur dès juillet 2019, ce qui inquiète les automobilistes. Selon Mickael Barbosa, cela n’aura pas d’impact sur les prix, mais il promet déjà de veiller au grain.