En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

La conduite accompagnée : comment apprendre à conduire dès 15 ans ?

Jihane Bensouda - mis à jour le

Apprendre à conduire dès 15 ans, c’est possible grâce à l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ou « conduite accompagnée ». Pour autant, les accompagnants sont soumis à plusieurs obligations, notamment celle d’assurer leur auto en conséquence, durant l’apprentissage. Quelles sont les démarches à effectuer et que couvre l’assurance de la conduite accompagnée ?

Les tarifs d’assurance pour jeune conducteur sont toujours plus élevés

Les tarifs des assurances des jeunes conducteurs sont systématiquement plus élevés que les autres, pouvant parfois atteindre 2 500€ par an avec une majoration de plus de 100% ! En effet la population des 18-24 ans est celle qui cause le plus d’accidents sur la route, le triptyque manque de concentration, vitesse excessive et ivresse faisant des ravages.

L’assureur, lui, se base sur le risque d’accident encouru par le conducteur pour établir les primes. Aussi, un titulaire du permis de conduire depuis moins de 3 ans doit se préparer à payer le prix fort.

Les avantages de la conduite accompagnée

Finie l’angoisse d’échouer à l’examen du permis de conduire grâce à la conduite accompagnée. Les candidats au permis de conduire ayant suivi l’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC) présentent de meilleurs résultats à l’examen du permis que ceux qui ont appris à conduire avec la technique classique : 80% de réussite contre 50% avec la méthode traditionnelle de passage de permis. Une option à prendre en considération lorsque l’on connait l’investissement en temps, en argent et en énergie que représente le permis de conduire.

La conduite accompagnée : en quoi ça consiste ?

La conduite accompagnée est une formule d’apprentissage qui permet en 1, 2 ou 3 ans de se préparer à l’examen du permis de conduire. Le but ? Que l’apprenti acquière de l’expérience et des réflexes pour savoir anticiper et éviter les dangers de la route une fois laissé seul au volant d’un véhicule.

Limitée aux personnes mineures, la conduite accompagnée diffère de la conduite supervisée qui elle nécessite d’avoir 18 ans ou plus et permet d’acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter une formation à la conduite initiale.

Conduite accompagnée

Les 3 phases de l’apprentissage

  • la phase initiale d’apprentissage en école de conduite agréée comprend la préparation à l’épreuve théorique du code de la route et 20 heures minimum de cours de conduite sous la direction d’un moniteur de l’auto-école ;
  • une fois l’examen du code réussit, la conduite accompagnée à proprement parler sous la tutelle d’un accompagnateur peut débuter : sur une période d’un à trois ans maximum, l’apprenti doit parcourir au total 3 000 km en variant le plus possible les conditions de circulation (pluie, autoroute…) aux côtés d’un accompagnateur âgé d’au moins 28 ans et détenteur du permis à points depuis plus de 3 ans ;
  • 2 rendez-vous pédagogiques ont lieu à l’auto-école au bout de 1 000 km parcourus, puis à l’issue des 3 000 km finaux pour évaluer les progrès réalisés. Le moniteur décidera si le moment est venu de se présenter à l’examen du permis de conduire.

15 ans est l’âge minimum pour pouvoir bénéficier de l’Apprentissage Anticipé de la Conduite pour passer son permis. A noter qu’il n’y a pas d’âge limite pour s’inscrire à la formation en conduite accompagnée. Elle s’adresse aussi bien aux jeunes qu’aux adultes soucieux de passer leur permis de catégorie b dans des conditions optimales.

Il est important de ne pas oublier d’apposer le disque « Conduite Accompagnée » à l’arrière du véhicule utilisé pour réaliser des leçons de conduite.

Quels en sont les avantages de la conduite accompagnée ?

Une garantie de succès à l’examen du permis auto. Grâce à la formation en conduite accompagnée, le jeune se présente à l’examen du permis de conduire avec une sérieuse avance sur les autres candidats : tout au long des 3 000 km parcourus lors de sa formation, la formation pratique aide à acquérir de l’expérience sur divers types de routes, faire face à d’éventuels imprévus et apprend à maîtriser le véhicule. Avec cet apprentissage de la conduite dans des conditions réelles, le candidat multipliez vos chances de réussite à l’examen du permis de conduire.

Les avantages financiers de la conduite accompagnée sont indéniables :

  • pas de surcoût: malgré des taux de réussite très élevé à l’examen du permis de conduire, l’Apprentissage Anticipé de la Conduite ne coûte pas plus cher que la formation classique. Sauf en cas de malchance et d’échec au permis le premier coup, aucun frais de renouvellement de dossier ni de leçon supplémentaire n’est à payer.
  • une surprime d’assurance diminuée: les compagnies d’assurance auto accordent souvent la 1ère année une diminution de près de 50% de la surprime d’assurance auto qui s’applique traditionnellement aux jeunes conducteurs formés de manière classique. Dans la majorité des cas, la surprime disparaît dès la 2ème année pour le jeune conducteur issu de la formation en conduite accompagnée s’il n’est pas responsable d’un accident.
  • un permis probatoire de 2 ans au lieu de 3 ans: la durée du permis probatoire pendant laquelle le jeune conducteur ne dispose que de 6 points sur son permis passe de 3 ans à 2 ans s’il a choisi d’obtenir le permis avec la formation de conduite accompagnée.
  • Diminution des risques d’accident et du prix de votre assurance auto: autant de bonnes raisons qu’il serait dommage de laisser passer…

conduite accompagnée

L’assurance pendant la conduite accompagnée

Pendant l’Apprentissage Anticipé de la Conduite

Une extension de garantie est nécessaire pour couvrir l’apprenti-conducteur souhaitant passer le permis b. Cette extension de garantie est une condition sine qua non pour que le jeune puisse suivre une formation AAC. La demande est à effectuer auprès de l’assureur auto qui, s’il accepte de couvrir ce nouveau risque, ajoutera un document au contrat des parents, faisant mention d’un conducteur en apprentissage. Cette extension de garantie est obtenue sans surprime.

Il est important de contacter l’assurance dès l’inscription de l’élève à l’auto-école, sans attendre qu’il atteigne la phase de conduite accompagnée à proprement parler. Néanmoins, l’obtention de l’attestation de fin de formation initiale est obligatoire pour que l’élève, l’accompagnateur et l’auto soient correctement couverts.

En cas d’accident, l’apprenti-conducteur bénéficie alors des garanties prévues au contrat, l’assuré conservant à sa charge une partie des dommages, dans la limite de la franchise « conducteur novice » habituelle dans les contrats d’assurance. Cette franchise peut s’appliquer à la garantie de responsabilité civile, à la garantie dommage tous accidents ou à la garantie dommage collision.

L’assureur peut refuser d’assurer la conduite accompagnée pour les motifs suivants :

  • l’assuré a été condamné pour certains délits (homicide et blessures involontaires, conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, délit de fuite, refus d’obéir à un ordre de s’arrêter, conduite en période de suspension ou d’annulation du permis) ;
  • le nouveau conducteur en apprentissage représente un risque trop élevé.

Après l’obtention du permis b

Les jeunes conducteurs passés par la conduite accompagnée bénéficient d’une surprime moins élevée que la moyenne puisqu’ils sont considérés comme plus expérimentés du fait des 3 000 km qu’ils ont déjà parcouru. Un point positif aux yeux des assureurs, qui y voient des automobilistes présentant moins de risques à couvrir.

Pour autant, l’assurance auto reste une dépense importante même pour les jeunes conducteurs ayant eu recours à la conduite accompagnée. Il est donc judicieux de comparer les devis en ligne pour trouver l’assurance auto la moins chère du marché tout en bénéficiant d’une couverture permettant de prendre la route en toute sécurité.