En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto-entrepreneurs : les assureurs réinventent leurs offres


Le régime d’auto-entreprise connait une certaine fragilité avec la difficulté pour les entrepreneurs de pérenniser leur activité. Cela n’effraie pourtant pas les acteurs de l’assurance, qui voient les auto-entrepreneurs comme un marché ayant un fort potentiel de développement.

Un rapport de l’Insee, présenté le 12 mai dernier, détaille que seuls 30% des auto-entrepreneurs inscrits au premier semestre 2010 sont toujours actifs sous ce régime 3 ans après leur immatriculation, témoignant de la fragilité du régime. En effet, parmi les 62% d’auto-entrepreneurs ayant réellement démarré une activité, à peine 49% sont pérennes au bout de 3 ans.

En 2015, le régime auto-entrepreneur représentait 43% des créations d’entreprises en France.

Une pérennité largement inégale selon le secteur d’activité de l’auto-entreprise. Elle est la plus élevée (71%) dans la santé humaine et l’action sociale mais tombe à 45% dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques, tout juste devancées par le commerce à 46%. Bien qu’elle compte pour plus de la moitié des immatriculations de 2010, les auto-entrepreneurs de la construction ne sont que 50% à bien se porter.

Les auto-entreprises, un marché à conquérir

Malgré ces disparités, les acteurs de l’assurance s’intéressent de près aux auto-entrepreneurs, voyant là un nouveau marché à conquérir. « C’est trop compliqué pour les assureurs traditionnels, car l’auto-entreprise recouvre des réalités très différentes », explique Bruno Rousset, PDG de l’assureur APRIL, qui propose l’offre Simplis, via une plateforme en ligne. En partenariat avec Auto-entrepreneur.fr, il s’agit d’un produit de responsabilité civile professionnelle (RC Pro) dédié aux auto-entrepreneurs. « Il n’existait pas jusqu’ici de produit spécifique et abordable qui leur soit destiné, précise Bruno Rousser. Il y avait vraiment quelque chose à faire pour cette clientèle naissante et précaire des auto-entreprises ».

« L’absence d’assurances dédiées aux problématiques spécifiques des auto-entreprises souligne le manque de pédagogie dans ce secteur », assure Charles Alexandre, fondateur d’Auto-entrepreneur.fr. Pour lui, il est nécessaire de professionnaliser et de travailler à la crédibilité des auto-entrepreneurs auprès des clients. « Le premier volet de ce travail, c’est l’assurance », affirme-t-il. Pourtant, alors que le nombre d’auto-entrepreneurs était tout juste en dessous de la barre du million au début de 2015, ils ne sont que très peu assurés pour leur activité.

Astuce Malynx !

Les auto-entrepreneurs n’ont l’obligation de s’assurer que si leur secteur d’activité peut entraîner des obligations légales (construction, services à la personne, agences de voyage…).

Rendre l’assurance professionnelle accessible

L’assureur spécialisé Hiscox a lancé en début d’année un nouveau site Internet pour consolider sa relation avec ses clients. Ces auto-entrepreneurs – ou free-lancers – constituent 15% de leur distribution d’offres RC Pro. Pour Benjamin Barès, directeur des marchés et partenariats d’Hiscox, « cette cible de free-lancers et de start-upers est digitalisée et constitue pour nous un bassin potentiellement important ».

Pour rendre l’assurance RC Pro plus accessible aux auto-entrepreneurs, les libellés des garanties et la procédure de souscription en ligne ont été simplifiés. Hiscox propose également un blog (blog.hiscox.fr) visant à aider les entrepreneurs dans la construction de leur affaire. « C’est une logique communautaire », affirme Benjamin Barès.

Les acteurs de l’assurance ne veulent cependant pas en rester là : avec des secteurs d’auto-entreprises aussi divers se présente l’opportunité d’étendre l’offre d’assurance au-delà de la RC Pro. « Nous réfléchissons à d’autres produits pour sécuriser l’auto-entrepreneur lui-même, pour sa santé ou pour la prévoyance », annonce Charles Alexandre, le fondateur d’Auto-entrepreneur.fr.

Cet article vous a-t-il été utile ?