En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

5G : le déploiement va connaître des retards

Le patron d’Orange, Stéphane Richard, a déclaré que le déploiement de la 5G et de la fibre optique subissent des reports dus au confinement.

5g

La 5G devait être la grande nouveauté de l’été 2020 en France. Il semble que le confinement en ait décidé autrement, avec le report des enchères pour l’attribution des fréquences par le gendarme des télécoms, l’Arcep. Ce décalage de l’agenda provoque logiquement un retard dans la délivrance des autorisations d’exploitation.

Interrogé par BFMTV, le président et directeur général d’Orange s’est voulu rassurant : « Il s’agit d’un report de quelques semaines, les enchères pourraient prendre place vers le mois de septembre ou octobre. Nous, ça nous va bien (…) parce qu’il faut que la France rejoigne les pays européens qui ont déjà procédé à ces allocations de spectre ».

La France en retard sur l’Europe

En effet, avec ce retard au démarrage, la France se fait distancer par ses voisins européens : la 5G est opérationnelle en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Irlande et au Royaume-Uni. En France, cette technologie avait suscité l’inquiétude, notamment après la tribune de 170 scientifiques en 2017. Mais en 2020, l’ICNIRP (protection contre les radiations) a déclaré que la 5G ne comportait pas de risque sur la santé.

Stéphane Richard a profité de l’interview pour faire un point sur le déploiement de la fibre optique, retardé à cause des arrêts de chantier. « On n’a aucunement l’intention d’abandonner les engagements qui ont été pris à ce titre », a-t-il martelé. Enfin, le « New deal mobile », déploiement de la 4G en zone rurale, demeure la priorité d’Orange qui n’accuse aucun retard.