En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les réseaux de soins pourraient améliorer l’accès aux soins

D’après une étude de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas), les réseaux auraient un effet globalement favorable sur l’accès aux soins.

opticien femme lunettes

L’accès aux soins serait favorisé par les réseaux de soins. En effet, les auteurs du rapport de l’Igas disent constater « un écart important de reste à charge en faveur des assurés qui recourent aux réseaux ». C’est notamment le cas en optique (-50% environ).

Un écart dû principalement aux différences de prix mais aussi à l’amélioration du remboursement complémentaire. Pour autant, l’impact des réseaux sur l’accès aux soins du point de vue géographique « est plus incertain », indique le rapport.

Plutôt que de corriger les inégalités d’accès aux soins, les réseaux auraient « plutôt tendance à les accentuer », relève l’étude, qui précise que « les assurés qui bénéficient des meilleurs contrats complémentaires sont ceux qui ont le plus accès aux réseaux et aux prix préférentiels qu’ils offrent ».

Des prix moins élevés mais une qualité incertaine

L’étude de l’Igas établit qu’il existe des écarts de prix notables – à la baisse – entre les soins ou les produits consommés via un réseau et ceux hors réseau. Une différence particulièrement sensible en optique : environ -20% pour des verres adultes, -10% pour des montures et jusqu’à -37% pour certaines références de verres.

Plus limité mais restant significatif, l’écart de prix est de -10% pour les aides auditives. Dans le secteur dentaire enfin, les écarts de prix « semblent globalement plus modestes, avec cependant des différences importantes pour certaines plateformes », note le rapport.

Pour autant, l’Igas précise que l’écart de prix pour une catégorie de produits/prestations « ne dit rien de la nature ni de la qualité du produit acheté » ou sur les acheteurs (besoins, capacités financières, comportements…).

Ainsi, « l’impact des réseaux de soins sur la qualité est plus difficile à apprécier », indique l’étude, qui précise que c’est « d’ailleurs le cas de l’évaluation de la qualité en santé en général ». En effet, l’essentiel du contrôle exercé par les plateformes porte sur les moyens de la qualité : sélection des professionnels, choix des dispositifs/produits, encadrement des pratiques, référencement des produits et respect des grilles tarifaires.