Masques, distanciation, gestes barrière… Le point sur les dernières recommandations sanitaires


L’arrivée de nouveaux variants du virus nous demande d’être encore plus vigilants au quotidien. Pour y faire face, les autorités sanitaires ont émis de nouvelles recommandations. Gestes barrière, masques, distanciation… on fait le point sur ce qui a évolué.

Masques de catégorie 1

Dans un avis du 18 janvier, le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a recommandé d’utiliser des masques chirurgicaux ou des masques de catégorie 1. Cet avis a été suivi par le gouvernement. Exit donc les masques de catégorie 2 et les masques artisanaux. La raison : ces derniers sont bien moins filtrants que les premiers et donc moins protecteurs face aux nouveaux variants.

Ces nouvelles recommandations n’ont toutefois pas fait l’unanimité. L’Académie de Médecine par exemple évoque un « manque de preuve scientifique ». Elle estime par ailleurs qu’« un tel changement des recommandations concernant une pratique avec laquelle l’ensemble de la population avait réussi à se familiariser risque de susciter de l’incompréhension et de raviver les doutes sur le bien-fondé des préconisations officielles ».

Masques sportifs : la solution pour rouvrir les salles ?
Lire l'article

Et les masques FFP2 ?

Les masques FFP2 demeurent les plus sécurisés, parce qu’ils protègent à la fois ceux qui les portent et ceux qui les entourent. Cependant l’exécutif n’a pas recommandé de les généraliser à toute la population et continue de les réserver aux soignants.

2 mètres de distance

Désormais, le HCSP recommande de respecter une distanciation sociale de 2 mètres, et non plus de 1 mètre. Pour l’Académie de Médecine, il s’agit d’une « proposition défendable en théorie mais inapplicable en pratique ». Dans certaines situations comme les transports en commun ou dans les supermarchés par exemple, il sera difficile d’appliquer ces 2 mètres de distanciation.

Se taire dans les transports

L’Académie de Médecine a de son côté soumis une nouvelle recommandation : éviter de parler ou de téléphoner dans les transports en commun, des lieux où le port du masque est respecté, mais la distanciation pas toujours. Difficile d’imaginer des transports en commun où tous les usagers resteront silencieux !

 

Cet article vous a-t-il été utile ?