En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Près de trois mois d’attente pour un ophtalmologiste

Les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste sont toujours aussi importants en France. Certaines régions sont bien moins loties que d’autres, signe d’une pénurie de praticiens, même si la tendance pourrait s’inverser.

Ophtalmologiste

La patience est le maître-mot si vous désirez changer de lunettes. En effet, selon une enquête révélée par le JDD, les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste restent longs dans l’Hexagone. En moyenne, sur 2 700 praticiens sondés, le nombre de jours d’attente est de 87, soit près de trois mois. Dans 5% des cas, il faut même patienter plus de 9 mois.

Dans le détail, obtenir une ordonnance en optique est plus rapide en Ile-de-France (46 jours) et en Provence-Alpes-Côte-D’azur (48 jours). L’attente dans l’ouest de la France est bien plus élevée puisqu’il faut attendre 156 jours en Bretagne et 146 jours en Normandie. Les grandes agglomérations sont moins touchées par ce phénomène mis à part Nantes (70 jours) et Toulouse (141 jours).

Un quart des ophtalmologistes ne prennent plus de nouveaux patients

Les praticiens appliquant des dépassements d’honoraires sont plus accessibles (76 jours) que ceux qui n’en facturent pas (102 jours). Le coût des soins optiques étant un élément clé dans le choix d’un professionnel. En outre, un ophtalmologiste sur quatre avoue refuser de nouveaux patients, faute de temps sur leur agenda.

Pourtant, l’optimisme est de mise du côté du syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF). Son président Thierry Bour s’est satisfait de la stagnation de ces délais alors que les départs en retraite s’accentuent. Le nombre de nouveaux praticiens est également en hausse avec près de 40 à 60 nouveaux ophtalmos par an.