En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

100% Santé : zizanie dans le remboursement des lunettes

Acheter des lunettes en ce début d’année 2020 est assez complexe en raison de l’entrée en vigueur du reste à charge zéro. Le remboursement optique pose de grands problèmes aux professionnels.

lunettes opticien

C’est le chaos chez les opticiens. La faute à l’entrée en vigueur de la réforme 100% Santé, le 2 janvier 2020. Celle-ci doit permettre notamment un remboursement optique intégral par la Sécurité sociale et les mutuelles santé. Avec le respect de tarifs plafonnés pour certaines lunettes et des équipements optiques, le but est que l’assuré n’ait pas à débourser un seul centime.

Le journal L’Express relaye le discours de plusieurs professionnels de l’optique qui ne peuvent pas appliquer le tiers payant, c’est-à-dire l’avance des frais. Plusieurs problèmes au niveau du traitement par les logiciels des mutuelles se posent, ainsi que dans l’anonymisation des données prévues par le RGPD.  En effet, quand l’opticien envoie une demande de devis à la mutuelle, il a du mal à obtenir une réponse. Ce qui fait que de nombreux Français, loin de se voir tout rembourser, ont dû avancer la somme intégrale de la paire de lunettes.

Opticiens et clients fortement pénalisés

Alain Gerbel, président de la fédération des opticiens de France, est en colère : il affirme que les mutuelles requièrent des informations confidentielles lors des demandes de devis. La Fédération nationale de la mutualité française explique qu’en effet, les mutuelles rencontrent de fortes difficultés de gestion, mais que les seules données qu’elles demandent aux opticiens sont les caractéristiques des montures de lunettes, et non des données sensibles.

Résultat de cette lunette tripartite entre mutuelles, opticiens et gouvernement : les clients sont pénalisés. Les opticiens aussi sont touchés, puisque 80% de leur business dépend du tiers payant. En janvier, les problèmes dus au 100% Santé ont diminué de 50% leur chiffre d’affaires, alors que les remboursements, eux, ont baissé de 30%. Une réunion de suivi aura lieu le 4 février au ministère de la Santé.