En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : 7 Français sur 10 ont déjà renoncé aux soins au moins une fois

Le renoncement aux soins touche 70% de la population. En cause, des délais d’attente trop longs, la difficulté à trouver un médecin, ou encore des difficultés financières.

soins medecin

L’accès aux soins n’est pas aussi facile qu’on pourrait le croire en France. La Fondation April a publié une étude « Les Français et le renoncement aux soins », réalisée en partenariat avec l’institut BVA. Principal enseignement : 7 Français sur 10 ont déjà renoncé à se soigner au moins une fois. Les principales raisons citées sont les suivantes :

  • Des délais d’attente trop longs (51%) ;
  • L’impossibilité de trouver un médecin le soir, le week-end ou pendant les vacances (39%) ;
  • Le refus des médecins de prendre de nouveaux patients (38%).

Le manque de moyen financier est également une raison évoquée par 33% des sondés pour justifier le renoncement aux soins, notamment par les jeunes et les personnes sans mutuelle santé. Ces personnes évoquent notamment un reste à charge trop élevé (84%) ou l’impossibilité d’avancer les frais (73%).

Qui sont les Français les plus touchés ?

D’après l’étude, le renoncement aux soins touche tout particulièrement 3 catégories de la population : les ruraux (55%) à cause des délais d’attente trop longs, les étudiants (49%) et les salariés d’entreprises de taille moyenne (25%), notamment à cause de complémentaires santé insuffisantes.

De manière générale, les Français renoncent en priorité aux soins dentaires (31%), à la médecine générale (31%) et aux soins d’optique (25%). Pour faire face à leurs difficultés, ils sont 11% à se rendre directement aux urgences, 10% à demander conseil à leur pharmacien, 9% à consulter un autre médecin et 2% à avoir recours à la télémédecine.