En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

10 recommandations pour lutter contre le mauvais usage des médicaments

Alors qu’a lieu aujourd’hui un colloque dédié, le Collectif Bon Usage du Médicament présente 10 recommandations pour réduire les accidents liés aux médicaments. Ces préconisations devront servir à réduire le nombre de décès et d’hospitalisations liés à ce problème de santé.

Plaquettes de médicaments

« On doit sortir de cette culture de surconsommation du médicament ». Ce sont les mots de Jean-Pierre Thierry, conseiller médical de France Assos Santé. Ainsi, un colloque est organisé aujourd’hui par le Collectif Bon Usage du Médicament. L’association présente à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, 10 recommandations pour enrayer cette tendance.

C’est tout le paradoxe des médicaments. Leur premier usage est de soigner, pourtant ils peuvent aussi causer des problèmes de santé. On recense chaque année plus de 10 000 décès et plus de 130 000 hospitalisations dus aux accidents médicamenteux. Il est ici question d’erreurs de dosage, d’oublis de traitement, appelés généralement « iatrogène médicamenteuse ».

L’essor du dossier médical partagé

L’association veut ainsi lancer une campagne de sensibilisation auprès du grand public. Elle aura pour vocation de rappeler les bons usages relatifs à la prise de médicaments. A l’image du slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique », le Collectif veut changer les habitudes des Français  mais aussi des médecins sur la surconsommation.

D’autre part, un travail de coopération doit être intensifié entre les différents professionnels de santé. Pour éviter les mauvais dosages ou les interactions médicamenteuses (médicaments incompatibles), des outils informatiques d’aide à la prescription pourraient être développés comme le dossier médical partagé. Toutes les prescriptions seraient alors accessibles autant pour le patient que pour le pharmacien.