En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les prix des médicaments en libre accès en forte hausse ces dernières années

Les prix de certains médicaments vendus en libre accès en pharmacie explosent, selon une étude récente. Entre 2010 et 2018, les tarifs ont augmenté en moyenne de 9%.

franchise médicale médicaments

Coup de chaud sur les prix des médicaments en libre accès. D’après une étude de Familles rurales révélée par Le Parisien, les tarifs de certains médicaments vendus sans ordonnance en pharmacie se sont envolés entre 2010 et 2018. En moyenne, pour les médicaments les plus demandés, la hausse est de 9%.

Parmi les médicaments qui ont le plus augmenté, on trouve le Nurofen (+24,65%), le Strepsil (+18,89%) et le Biafineact (+13,30%). Les hausses de TVA de 2012 et 2014 « ont fait mécaniquement grimper les prix de 4,3% », note Anne Legentil, conseillère technique à Familles rurales, mais « on aurait pu imaginer que les tarifs n’augmentent pas ». Pour rappel, l’autorisation donnée aux pharmacies en 2008 de vendre des médicaments en libre accès avait pour objectif de favoriser la concurrence et faire baisser les prix.

Frais réduits via la vente en ligne

L’étude révèle également que les prix sont moins élevés sur Internet. La vente en ligne de médicaments sans ordonnance est en effet autorisée depuis 2013. En moyenne, si l’on compare les prix les plus bas trouvés sur Internet et les prix les plus chers en pharmacie, la différence est de 190%.

Toutefois, l’écart peut considérablement se réduire lorsqu’on prend en compte les frais de port, qui s’élèvent à 6,15€ en moyenne. « Et, sur Internet, vous n’avez pas le conseil indispensable d’un professionnel de santé », ajoute Anne Legentil. L’association Familles rurales demande à la DGCCRF (Direction générale de consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) de « diligenter une enquête » et de mieux lutter contre le manque de transparence sur les prix en pharmacie et l’absence de conseils sur Internet.