En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Pénurie inquiétante de médicaments vitaux en 2017

Plus de 500 médicaments ont été en rupture d’approvisionnement en 2017. Une hausse de +30% par rapport à 2016, inquiétante pour la santé des patients.

Médicaments dangereux santé

Le nombre de médicaments en rupture de stock augmente tous les ans. Tel est le constat alarmant de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui pointe du doigt une pénurie de 530 médicaments en 2017. Une hausse de 30% par rapport à 2016, année pendant laquelle 405 médicaments avaient été concernés par des problèmes d’approvisionnement.

On considère qu’il y a pénurie lorsqu’on ne peut pas fournir un médicament dans un délai de 72 heures. Parmi les 530 médicaments en rupture de stock, on trouve des MITM, ou médicaments d’intérêt thérapeutique majeur, et notamment des traitements pour le système nerveux, l’épilepsie, la maladie de Parkinson ainsi que des anti-infectieux et anti-cancéreux.

Comment expliquer les pénuries de médicaments ?

D’après l’ANSM, les pénuries de médicaments sont dues à une « défaillance de l’outil de production », qui engendre des retards de fabrication et des problèmes techniques. Ces pénuries, qui peuvent affecter la santé des malades, ne sont pas nouvelles. Dans un rapport de 2015, l’ANSM s’inquiétait déjà des « nouvelles stratégies industrielles de rationalisation des coûts de production qui conduisent les laboratoires à produire en flux tendu ».

Face à ce problème, la loi oblige les laboratoires à informer l’ANSM de toute rupture de stock. L’agence doit quant à elle accompagner les médecins et patients, donner des recommandations pour gérer la pénurie et mettre en place des stocks de sécurité.