En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Coronavirus : la vente de paracétamol restreinte en pharmacie dès le 18 mars

Pour éviter tout stockage inutile, la vente de paracétamol sans ordonnance est désormais restreinte. Les pharmaciens pourront vendre 1 boîte aux personnes sans symptôme et 2 boîtes aux personnes avec symptômes.

dosage paracetamol gelule médicament

Ces derniers jours, les Français se sont massivement rendus en pharmacie pour se procurer du paracétamol, substance recommandée pour combattre les symptômes du coronavirus. Pour éviter que la population ne fasse du stockage inutile, l’ANSM (l’Agence nationale du médicament) a décidé de restreindre les ventes de paracétamol sans ordonnance et ce dès le mercredi 18 mars.

Concrètement, pour les boîtes de 500 mg et 1 000 mg, les ventes sont limitées à :

  • 1 boîte de paracétamol pour les personnes sans symptôme ;
  • 2 boîtes pour les personnes avec symptômes (fièvre, douleurs…).

Veiller au respect des doses

L’ANSM rappelle que si le paracétamol est un médicament « sûr et efficace » pour la santé, en cas de surdosage, il peut entraîner des « lésions graves du foie irréversibles dans certains cas ». Quelques consignes à respecter en cas de prise de ce médicament :

  • Prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible ;
  • Respecter la dose maximale par prise, la dose maximale quotidienne, l’intervalle minimum entre les prises et la durée maximale de traitement recommandée (3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l’absence d’ordonnance) ;
  • Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments.

Pour certaines populations plus à risques, le paracétamol peut également être inadapté (-50kg, insuffisance hépatique légère à modérée, insuffisance rénale sévère, alcoolisme chronique…). Autre rappel de l’ANSM : en cas de symptômes, éviter les anti-inflammatoires, dont l’ibuprofène. En effet, ceux-ci « peuvent masquer une infection et potentiellement avoir un effet aggravant dans certaines situations ».

Attention : si vous êtes actuellement sous traitement avec un anti-inflammatoire ou par corticoïdes, n’arrêtez pas pour autant votre traitement. Rapprochez-vous de votre médecin en cas de besoin.