En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Montélukast : le danger psychique est avéré

La revue Prescrire a tiré la sonnette d’alarme dans son numéro d’août 2020 sur les troubles psychiques voire les envies suicidaires que ce médicament contre l’asthme peut provoquer chez certains patients.

franchise médicale médicaments

Le montélukast est un antileucotriène utilisé dans le traitement de l’asthme chronique. Il a souvent été recommandé ces dernières années par les médecins, même pour soigner la dermatite ou l’urticaire (voir l’article de la Revue médicale suisse). Cependant, début 2020, l’Agence française du médicament (ANSM) a averti des effets indésirables du montélukast. Ce médicament peut s’avérer dangereux si le patient n’est pas préparé.

La liste des effets secondaires est à rallonge : rêves anormaux, cauchemars, insomnies, dépression, perte de mémoire ou d’attention, anxiété, agitation, somnambulisme, hallucinations, désorientation, troubles obsessionnels compulsifs (TOC) ou encore hyperactivité psychomotrice. Ajoutez à cela un risque parfois sous-évalué d’idées suicidaires voire de passage à l’acte.

82 suicides aux Etats-Unis

Récemment, l’Agence étatsunienne du médicament a mis en lumière les dangers du montélukast. Elle a dévoilé un bilan des troubles psychiques notés sur les patients de 1998 à 2019. On apprend ainsi que 82 personnes se sont suicidées pendant cette période après un traitement au montélukast. La plupart d’entre elles ont développé des troubles psychiques avant de passer à l’acte.

Ces dernières indications ont donc attiré la vigilance de la revue Prescrire, qui résume ainsi : « Le lien entre ces effets indésirables et ce médicament de l’asthme est parfois fait de façon tardive. Il est donc important (…) d’en avertir les patients ou leur entourage pour qu’ils soient attentifs à une éventuelle altération de l’humeur ou d’autres changements psychiques. » Dans le cas où ceci arriverait, il faudrait bien entendu penser à revoir le traitement ou simplement l’arrêter.