En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Médicaments : vers la mise en place d’une meilleure information ?

La ministre de la Santé Agnès Buzyn reçoit aujourd’hui le rapport sur le travail « mission information et médicament » mené depuis décembre dernier. Plusieurs recommandations sont énoncées afin de faciliter la remontée d’informations entre patients et professionnels et éviter tous problèmes de santé publique.

effets indesirables

La crise du Levothyrox a-t-elle accéléré les choses ? Suite au travail de recherche et de réflexion de près de 6 mois, un rapport est rendu aujourd’hui à la ministre de la Santé Agnès Buzyn, sur la « mission information et médicament ». Une liste de recommandations est détaillée afin d’assurer une meilleure information liées à leurs usages.

Agnès Buzyn a ainsi d’ores et déjà assuré s’engager « pour une information plus accessible, plus claire et plus réactive sur le médicament », selon un communiqué du ministère. Pour se faire, elle compte donc mettre en place une « stratégie de promotion de la déclaration des événements indésirables et le développement des technologies » en cas d’alerte.

Une meilleure transparence et sensibilisation

Par ailleurs, le rapport propose de créer une plateforme en ligne « Médicament Info Service » où patients comme professionnels de santé pourront retrouver des informations et témoigner via une ligne téléphonique. De même, il est préconisé de simplifier le vocabulaire relatif aux médicaments afin qu’il soit accessible au plus grand nombre.

Enfin, il est demandé « un effort accru de transparence » des pouvoirs publics sur les éventuels risques de chaque médicament. Le rapport souhaite « introduire le sujet dans les programmes solaires » dès l’école primaire puis au collège, sur les bons usages afin de sensibiliser les jeunes le plus tôt possible.