En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Médicaments : les Français ont constitué des stocks

Une étude récente révèle que les clients des pharmacies ont acheté massivement les médicaments qui traitent les maladies chroniques. Les vaccins sont, en revanche, délaissés.

automédication

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) a dévoilé une étude sur les médicaments remboursés sur ordonnance et vendus dans les pharmacies d’officine. Les recherches ont été faites lors de la première quinzaine du confinement, c’est-à-dire la deuxième moitié du mois de mars. Le GIS a constaté un phénomène de stockage des médicaments servant à traiter les maladies chroniques, mais la diminution des vaccins.

Tout d’abord, les pharmacies ont enregistré « une très forte croissance » de la délivrance sur ordonnance de médicaments destinés aux pathologies cardio-vasculaires, du diabète et des troubles mentaux. Le nombre de délivrances augmente de 20 à 40% par rapport à 2018 et 2019. Dans le détail : +46% pour les traitements de maladies respiratoires, +41% pour la lévothyroxine, +32% pour les antirétroviraux VIH, +25% pour les antiépileptiques, +20% pour les antiparkinsoniens.

Baisse du nombre de vaccins achetés

Les médicaments de contraception orale ont connu une grande hausse (+45%). Les traitements contre les troubles mentaux ont aussi bien augmenté : +22% pour les antidépresseurs et +21% pour les antipsychotiques. Le paracétamol est très demandé : les Français ont été un million et demi de plus à en acheter que lors des années précédentes. Une hausse qui a commencé dès février.

Cependant, certains médicaments sont bien moins achetés. C’est le cas des anti-inflammatoires non-stéroïdiens tels que l’ibuprofène qui ont chuté de 60% en raison des mises en garde sanitaires. Plus inquiétant encore, la diminution du nombre d’achat de vaccins (-50%). L’étude estime que 23 000 nourrissons ne sont pas vaccinés.