En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Levothyrox : l’ancienne formule disponible jusqu’à fin 2021

Face aux critiques contre la nouvelle formule et dans le cadre de la crise sanitaire, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’à fin 2021 l’Euthyrox, nom de l’ancien Levothyrox.

thyroide tsh levothyrox

L’ancienne formule du Levothyrox, appelée Euthyrox, devait sortir de la vente à partir du mois de septembre 2020 selon le ministère de la Santé. Ce médicament sert à traiter les troubles de la thyroïde tels que l’hypothyroïdie. De nombreuses associations voulaient pourtant que cette ancienne version reste disponible, car la nouvelle formule provoque selon elles beaucoup d’effets secondaires.

Au vu de l’épidémie de coronavirus actuelle, et surtout des levées de boucliers de groupes comme l’Association Vivre sans thyroïde, l’Association française des malades de la thyroïde ou l’Union prévention et gestion des risques sanitaires, le ministère de la Santé a décidé de prolonger l’ancienne formule du Levothyrox, au moins jusqu’à fin 2021.

Remboursement de la levothyroxine et du Levothyrox
Lire l'article

« Amorcer le changement de traitement »

Au premier trimestre 2020, on estimait à 95 000 le nombre de patients encore traités avec l’Euthyrox. Cela constitue près de 3% des 3 millions de personnes utilisant du Levothyrox en France. « Cette prolongation de distribution d’Euthyrox offrira aux patients concernés un temps supplémentaire pour amorcer le changement de traitement dès que possible pour une alternative thérapeutique pérenne », précise la Direction générale de la santé dans son communiqué.

Pour rappel, la nouvelle formule du Levothyrox avait été critiquée par 31 000 patients entre 2017 et 2018 pour ses effets indésirables : maux de tête, vertiges, insomnies, perte de cheveux… Malgré l’étude de l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui infirmait ces allégations, la justice a reconnu en juin 2020 que le laboratoire Merck avait eu un défaut d’information. La DGS a rappelé que cette prolongation était bien temporaire.