En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Association Kardégic et médicaments : que faire ?

  • Jusqu'à 300 devis mutuelle comparés en 2 minutes
  • Réalisez 423€ d'économies en moyenne* !

Le Kardégic est un antiagrégant plaquettaire qui sert à éviter les caillots dans les artères. Peut-on l’associer au Doliprane et autre paracétamol ? Peut-on prendre anticoagulant et antiagrégant ensemble ? Voici tout ce qu’il faut savoir.

Peut-on prendre Kardégic et Doliprane en même temps ?

Le Kardégic est un antiagrégant plaquettaire, il doit donc être utilisé avec prudence et sous avis médical. Jusqu’à ce jour, aucune interaction néfaste n’a été constatée entre le Kardégic, qui contient de l’aspirine, et le Doliprane, qui est composé de paracétamol. 

Cependant, il convient pour toute association médicamenteuse, de demander l’avis d’un professionnel, surtout si vous êtes un profil à risque, pour éviter des effets secondaires indésirables.

Remboursement du Kardégic 75mg
Lire l'article

Quelles sont les associations dangereuses du Kardégic ?

Selon sa notice d’utilisation, Kardégic peut générer des interactions avec plusieurs substances :

  • Anticoagulants  ;
  • Antiagrégants plaquettaires ;
  • Benzbromarone ;
  • Méthotrexate.

Ces associations entre le Kardégic et d’autres médicaments peuvent provoquer des hémorragies. 

Si vous suivez un traitement à base de corticoïdes, pentoxifylline ou interféron alfa, demandez conseil à votre médecin généraliste.

Kardégic et anticoagulant : quels dangers ?

Selon le cardiologue E. Delahaye, « la nécessité de combinaison d’un anticoagulant et d’un ou deux antiagrégants plaquettaires est fréquente. Cela au titre d’une meilleure efficacité antithrombotique, mais au prix d’un surcroît de risque hémorragique (…) On peut estimer que le risque de saignement majeur est multiplié par deux »

C’est pourquoi il faut bien demander l’expertise d’un médecin qui pourra diagnostiquer le patient et voir si son état requiert cette association, en mettant en balance son état et le risque d’hémorragie. 

Cet article vous a-t-il été utile ?