En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : certains médicaments coûteront plus cher en janvier 2019

Le prix de certains médicaments va augmenter en 2019. Les honoraires de dispensation accordés aux pharmaciens sur chaque paquet vendu ne seront plus systématiquement pris en charge par les mutuelles santé, a révélé le Parisien.

hausse prix medicament

Dès janvier prochain, le prix de certains médicaments va augmenter. En cause : les « honoraires de dispensation », que perçoivent les pharmaciens pour compenser la baisse de leur marge depuis la baisse du prix des médicaments remboursés. Jusque-là, les patients ne contribuaient pas à ces honoraires, assumés par l’Assurance maladie et les complémentaires santé.

En effet, pour chaque boîte de médicaments achetée, les pharmaciens perçoivent actuellement 1,02€. Sur cette somme, 65% sont remboursés par l’Assurance maladie et le reste par les complémentaires. Mais les choses vont évoluer en janvier 2019 : l’honoraire de dispensation variera en fonction des médicaments et pourra être revu à la hausse. Les patients devront alors payer la différence.

Un nouveau reste à charge

Dès 2019, les Français devront donc payer plus cher pour obtenir certains médicaments. Un constat confirmé par Philippe Gaertner, président de la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France) au Parisien : « L’Assurance maladie nous l’a confirmé […] : si leurs contrats ne prévoient pas de rembourser les médicaments à 15 % ou 30 %, les complémentaires santé ne participeront pas aux honoraires du pharmacien ».

Parmi les médicaments concernés, le Parisien cite notamment certains somnifères, comme le Stilnox, des sirops pour la toux ou le Spasfon. La liste exacte des remèdes concernés n’a toutefois pas encore été officiellement communiquée.