En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les médicaments non remboursés ont augmenté de +39% en moyenne

Les médicaments qui ne sont plus remboursés par l’Assurance maladie subissent une forte hausse de prix, de 39% en moyenne. Pour certains produits, la hausse peut même être bien plus importante.

iatrogénie médicamenteuse

Double peine pour les patients. Selon une étude du ministère de la Santé révélée par Le Parisien, les laboratoires augmentent de 39% en moyenne le prix de leurs médicaments lorsque ceux-ci ne sont plus remboursés par l’Assurance maladie. Le but de ces augmentations : compenser la baisse des ventes, prévisible à partir du moment où le médicament n’est plus pris en charge (le plus souvent du fait de son efficacité non prouvée).

Comme l’explique le quotidien, pour certains produits, la hausse est même bien plus élevée : elle atteint par exemple +144% pour le bain de bouche Alodont en 200 ml et +111% pour le décontractant musculaire Lumirelax en 500 mg.

Un marché en croissance

Autre constat révélé par Le Parisien : les parts de marché globales du médicament non remboursable ont progressé ces dernières années. Elles sont passées de 9% en 2011 à 10,7% en 2016. Ainsi, tandis que le marché des médicaments remboursables a reculé de 1,4% par an en moyenne, celui des médicaments non remboursés a progressé de 2%.

Parmi les médicaments non remboursés, ce sont les analgésiques (ou antidouleurs) qui ont connu l’évolution la plus marquée, avec un chiffre d’affaires en progression de +14,4% par an. Viennent ensuite les traitements contre les troubles érectiles, pour lesquels le ministère de la Santé n’a pas communiqué de chiffres.