En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : l’essor des faux médicaments dans le monde inquiète plusieurs ONG

Des associations de santé publique alertent aujourd’hui sur la forte hausse des incidents liés à la prise de médicaments contrefaits dans le monde ces dernières années. La France est désormais une cible de ce marché parallèle.

Médicaments / fin du monopole des pharmacies

La vigilance est de mise sur la prolifération de ce fléau. En effet, selon l’ONG Pharmaceutical Security Institute, le nombre d’incidents liés à la prise de faux médicaments a augmenté de 60% ces 5 dernières années dans le monde. Ainsi, plusieurs centaines de milliers de personnes décéderaient chaque année à cause de ce phénomène.

D’autant plus que ces faux médicaments touchent aujourd’hui toute sorte de traitements, des plus onéreux aux moins chers et aussi bien les brevetés que les génériques. Au palmarès du plus grand nombre de contrefaçons, le Viagra (pour soigner les troubles de l’érection) reste une véritable mine d’or pour les trafiquants.

L’e-commerce pointé du doigt

L’ONG estime que le trafic de médicaments contrefaits générerait aujourd’hui environ 200 milliards de dollars de revenus chaque année contre 75 milliards en 2006. Ce marché parallèle serait donc désormais plus rentable que le trafic de cigarettes avec un revenu 500 fois supérieur au prix d’achat initial.

L’Ircam (Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments) s’inquiète d’ailleurs de l’extension de ce phénomène au niveau mondial et notamment en France. « Les importations parallèles, la libre circulation des médicaments et les possibilités d’achat sur internet contribuent à fragiliser le système », précise l’Institut.