En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Eczéma : ces deux pommades sont déconseillées

Selon la revue médicale Prescrire, la meilleure façon de traiter une dermatite atopique est de combiner un émollient et un dermocorticoïde. A l’inverse, deux médicaments utilisés comme alternatives semblent présenter des effets secondaires pour aucun bénéfice.

pommade creme peau

Un enfant sur dix présente un eczéma atopique selon l’Inserm, et pour la moitié d’entre eux, la cause est génétique. La dermatite se caractérise par une peau sèche, des démangeaisons et du prurit, mais s’accompagne souvent d’allergies, rhinites et autres crises d’asthme. L’eczéma atopique disparaît en général à l’adolescence, mais de plus en plus d’adultes conservent ces problèmes de peau jusqu’à un âge avancé.

Dans son dernier numéro, le journal des médecins Prescrire a confirmé que « le traitement de premier choix repose, en plus de la limitation des facteurs d’irritation cutanée, sur l’application d’un émollient et d’un dermocorticoïde, surtout lors des crises ». Il faut tout de même noter que le corticoïde comprend des effets indésirables, sur les zones d’application, mais aussi un risque d’accoutumance en fonction de l’intensité de son passage dans le sang.

Eviter Protopic et Elidel

La revue spécialisée, qui a récemment établi sa liste des médicaments à éviter en 2021, s’est penchée sur une étude consacrée à deux médicaments anti-dermatite : le tacrolimus et le pimécrolimus. Basée sur treize essais randomisés, cette synthèse affirme qu’ils ne sont pas plus efficaces qu’un dermocorticoïde. Par contre, leurs effets indésirables locaux « tels qu’irritations, prurit et infections semblent plus fréquents que ceux d’un dermocorticoïde ».

Le tacrolimus et le pimécrolimus sont des immunodépresseurs autorisés et commercialisés sous les noms respectifs de Protopic et Elidel. En plus des effets locaux évoqués précédemment, Prescrire alerte aussi sur un autre point : « Les risques plus grands de lymphomes et de cancers cutanés, sans gain d’efficacité, motivent de continuer d’écarter ces deux substances dans l’eczéma atopique ».