Médicaments : les conditionnements doivent être améliorés

La revue médicale Prescrire a publié son bilan 2020 sur le conditionnement des médicaments. Des lacunes sont constatées en termes de sécurité et de qualité, ce qui devrait être pris au sérieux par les firmes qui les fabriquent.

franchise médicale médicaments

Près de 190 conditionnements de médicaments ont été passés au crible par les spécialistes de Prescrire en 2020. Bilan : « Trop peu encore répondent aux exigences de qualité et de sécurité nécessaires aux soins ». La connaissance des conditionnements permet au prescripteur de choisir la boîte la plus sûre pour ses patients, et aux patients de l’utiliser en toute sécurité.

Parmi les principaux reproches que formule la revue médicale, on retrouve le manque de visibilité de la dénomination commune internationale (DCI). Celle-ci est souvent éclipsée par le nom commercial, malgré les recommandations de l’ANSM en 2018. De plus, pour les gélules et les comprimés, trop peu de conditionnements favorisent les plaquettes unitaires prédécoupées, qui sont pourtant relativement aisées à produire.

Automédication : voici 4 dangers à éviter
Lire l'article

Des progrès à faire pour la sécurité

Mais la critique la plus importante vise surtout les médicaments qui présentent des risques de toxicité en cas d’ingestion accidentelle par les enfants. Ceux-ci sont souvent conditionnés en flacons-vrac ou dans des plaquettes sans film de sécurité. « De nombreuses formes liquides en flacons persistent sur le marché sans bouchon-sécurité, et donc à risque de surdose », relève aussi Prescrire.

Le bilan n’est pas tout noir pour autant, puisqu’il mentionne des bonnes pratiques. Notons par exemple les avertissements sur une posologie particulière ou un rythme d’administration à suivre ; ou encore les protections pour les aiguilles après les injections, pour éviter les piqûres indésirables. « Pour les firmes qui conçoivent et fabriquent les médicaments, et pour les agences qui les autorisent, il reste beaucoup à faire pour protéger les patients et leur entourage ».