En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : nouvelle campagne pour inciter à consommer moins d’antibiotiques

La surconsommation et la résistance aux antibiotiques deviennent de réels problèmes de santé publique. Une nouvelle campagne de sensibilisation vient d’être lancée.

Antibiotiques dangers

« Ils sont précieux, utilisons-les mieux ». Tel est le slogan de la nouvelle campagne de prévention lancée dernièrement par le gouvernement pour lutter contre la surconsommation et la résistance aux antibiotiques. Un message d’actualité, puisqu’a lieu actuellement la semaine pour le bon usage des antibiotiques.

Comme le révélait Le Parisien, la France est le 4ème pays européen le plus accro aux antibiotiques. En 2017, 759 tonnes d’antibiotiques destinés à la santé humaine ont été vendues dans le pays. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a annoncé mardi 13 novembre avoir fixé un nouveau cap ambitieux : réduire de 25% la consommation d’antibiotiques d’ici 2020.

Lutter contre l’antibiorésistance

La surconsommation d’antibiotiques a une conséquence directe : le développement de l’antibiorésistance. Un phénomène de santé inquiétant, « qui pourrait devenir l’une des principales causes de mortalité dans le monde », explique le Professeur Laurence Monnyer-Smith, commissaire générale au développement durable. En France, l’antibioresistance est en cause chaque année dans 150 000 infections et 12 500 décès.

Reste à savoir si cette nouvelle campagne marquera autant les esprits que celle de 2002, avec le slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique ». Parallèlement, le gouvernement a annoncé que 40 millions d’euros supplémentaires seraient investis dans la recherche sur ce sujet.