Santé : comment le danger sectaire profite de la crise sanitaire

C’est un constat sans appel réalisé par la Miviludes : les dérives sectaires ont largement profité de la crise du Covid-19. En exploitant une audience fragilisée par la pandémie, les gourous ont infiltré de nombreux foyers, jusqu’à leur dicter quoi manger. Entre enfumage et fausses promesses, voici comment ces maîtres à penser s’engraissent au détriment de la santé des gens.

des mains levees vers le ciel

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a lancé l’alerte dans son rapport publié le 29 juillet 2021 : les signalements de pratiques sectaires liées à la santé et au bien-être ont littéralement doublé ces 5 dernières années. Auparavant cantonnés à des groupuscules identifiables, les gourous élargissent aujourd’hui leur audience de manière spectaculaire en se saisissant du secteur de la santé, qui nous concerne et nous intéresse tous directement.

Au programme : introspection et médecines douces, mais aussi jeûne extrême et crudivorisme censés guérir toutes sortes de maladies, y compris les plus graves. Or, ces pratiques ne sont pas sans risques, en particulier parce qu’elles condamnent par ailleurs tout traitement médical. Le jeûne, notamment, inquiète fortement les autorités : il ne doit être suivi que dans un cadre médical sous haute surveillance, sous peine de présenter des « risques sanitaires importants ».

Une tendance intensifiée par la pandémie de Covid-19

Les mouvements sectaires ont toujours tissé leur toile en exploitant les fragilités psychologiques des plus vulnérables, et la crise sanitaire sans précédent que nous traversons semble leur avoir a fourni un nouveau terrain de jeu. L’aggravation de la précarité, le mal-être, la détresse psychologique et la recherche de réponses face à l’incompréhensible, tous ces facteurs ont fait de la place à de nouvelles croyances. Les femmes sont les premières victimes de cette tendance, indique la Miviludes.

Pour arriver à leurs fins, tous les moyens semblent bons aux mentors du nouvel âge, même si le web reste la voie privilégiée. Les réseaux sociaux sont un espace de choix, et de très nombreuses vidéos complotistes circulent sur YouTube.

 Le public doit être informé que, derrière ces offres, des leaders manipulateurs et bons communicants ne cherchent qu’à faire prospérer leurs affaires sans assumer la responsabilité de leurs propos.

Certains signes peuvent vous aider à déceler une emprise psychologique sectaire chez vos proches : repli sur soi, discours stéréotypé ou antisocial, rupture avec la famille ou les amis, refus de soins ou arrêt des traitements médicaux… En cas de doute ou pour signaler une dérive sectaire, rendez-vous sur le site internet www.derives-sectes.gouv.fr.