En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.
Entretien

Rencontre avec Medoucine, l’acteur qui crée de la confiance dans les médecines douces

Ostéopathie, réflexologie, sophrologie, naturopathie… pas toujours facile de s’y retrouver parmi la multitude de médecines douces qui existent. Ces pratiques, de plus en plus adoptées par les Français, reposent sur des techniques naturelles. Pour y voir plus clair, nous avons rencontré Marine Benech, responsable marketing & communication chez Medoucine, le site de référence pour trouver un praticien.

Medoucine en quelques mots

Medoucine est un site qui vous permet de trouver un thérapeute parmi 30 disciplines de médecines douces et de réserver vos consultations en toute facilité. Née en 2016, l’entreprise compte aujourd’hui 1 500 praticiens partenaires partout en France. Son ambition : créer de la confiance dans les médecines douces pour permettre à chacun d’être au meilleur de sa santé au naturel.

Les médecines douces regroupent un vaste champ de disciplines. Qu’est-ce qui les réunit ?

Effectivement, les médecines douces appartiennent à un domaine très vaste, qui peut parfois paraître nébuleux aux yeux du grand public. L’OMS recense plus de 400 pratiques sous cette appellation.

Le point commun à toutes ces médecines, c’est une approche holistique : elles s’intéressent à l’individu dans sa globalité, au corps et à l’esprit. L’approche est aussi non médicamenteuse : les médecines douces font appel à des techniques et produits naturels. Mais attention aux faux amis : si ces techniques sont naturelles, certaines n’en demeurent pas moins intenses. Lorsqu’on utilise certaines plantes en phytothérapie par exemple ou après une séance de shiatsu, les effets sur le corps peuvent être très puissants.

Comment les médecines douces se développent-elles en France ?

Il y a actuellement un engouement grandissant autour des médecines douces. Chez Medoucine, nous constatons que nos volumes de visites et de réservations mensuelles augmentent fortement. Et les Français sont ouverts à ces pratiques : 86% en ont une bonne image et 70% en ont déjà fait l’expérience, selon une étude*.

Mais la dynamique est bonne également du côté des professionnels. Les mutuelles santé s’intéressent de plus en plus aux médecines douces et certains acteurs de la médecine conventionnelle viennent aussi nous chercher pour travailler ensemble. Côté médias, on sent aussi une demande de plus en plus importante autour de ce genre de contenus.

" Il y a actuellement un engouement grandissant autour des médecines douces "

Pourquoi les Français se tournent-ils vers les médecines douces ?

Les patients consultent principalement pour des questions de stress, de problèmes de sommeil, pour soulager des douleurs ou pour perdre du poids. Ce sont les motifs de consultation qui reviennent le plus souvent.

Mais les gens sont aussi dans une vraie logique de complémentarité. Ce qui ressort de l’analyse des avis de nos utilisateurs, c’est la recherche de l’écoute et du temps. Ce sont malheureusement deux choses que ne peuvent pas toujours offrir les médecines conventionnelles. Lorsqu’on va chez le médecin, on n’y passe généralement pas plus d’un quart d’heure. Avec les médecines douces, les patients recherchent un accompagnement en plus.  

Quelles sont les disciplines pour lesquelles la demande est la plus forte ?

L’ostéopathie sans aucun doute, c’est la star des médecines douces ! D’ailleurs, sur les 70% de Français qui ont déjà testé les médecines douces, la moitié a déjà consulté un ostéopathe. La demande est aussi forte pour l’acupuncture, l’hypnose, la naturopathie, la sophrologie et la médecine traditionnelle chinoise.

Qui sont vos utilisateurs, y a-t-il un profil en particulier qui se dégage ?

Comme souvent en santé, nous avons plus d’utilisateurs féminins. Le profil type est une femme entre 25 et 50 ans, plutôt citadine. 

A contrario, les médecines douces peuvent souffrir d’une image négative. Qu’est-ce qui peut freiner les gens ?

Il y a effectivement plusieurs facteurs explicatifs. La plupart des professions liées aux médecines douces ne sont pas réglementées. N’importe qui peut faire un stage en hypnose demain et ouvrir un cabinet dans la foulée. Il y a bien sûr eu des affaires d’abus, qui ont été médiatisées. Ce sont des cas rares et isolés, mais cela peut inquiéter, on peut avoir peur de se retrouver face à un charlatan. Et une partie de la sphère médiatique n’est pas sensible à ces pratiques, voire y est opposée, ce qui ne contribue pas à rassurer.

L’autre facteur, c’est l’aspect financier. Les médecines douces sont perçues comme chères, parce qu’elles ne sont pas remboursées par l’Assurance maladie. Mais les choses évoluent de ce point de vue : les mutuelles prennent le relais. Elles proposent de plus en plus de prise en charge, avec des paniers au forfait qui deviennent intéressants.

Comment informer ou rassurer par rapport à ces pratiques ?

Chez Medoucine, nous nous adressons à tout le monde et nous faisons un gros travail de pédagogie. Nous proposons des fiches de contenus sur les pratiques dispensées, leurs apports et le déroulement des séances. Nos praticiens rédigent aussi des articles sur notre blog tous les mois.

D’ailleurs, chaque praticien a aussi systématiquement une fiche sur son parcours, sur la manière dont il envisage sa pratique. L’idée est que le patient puisse se projeter et surtout qu’il se sente serein. Notre leitmotiv : créer de la confiance autour de ces pratiques. C’est d’autant plus important qu’1 client sur 3 qui utilise Medoucine consulte pour la 1ère fois pour une médecine douce.

" Notre leitmotiv : créer de la confiance autour de ces pratiques "

Depuis le confinement, la santé et le bien-être font plus que jamais partie des préoccupations des Français. Avez-vous constaté un regain d’intérêt pour les médecines douces ces derniers mois ?

Absolument. Nous avions mis en place la téléconsultation pendant le confinement pour les pratiques qui s’y prêtaient. Depuis juin, il y a un vrai effet rebond, les gens sont retournés en cabinet. Et nous constatons aussi une grosse fréquentation de notre blog, particulièrement sur les sujets liés à l’alimentation et aux manières de prendre soin de soi naturellement. Depuis le confinement, tous les sujets de santé ont pris un aspect encore plus important et essentiel.

La question de la santé et du bien être au travail est aussi très présente ces derniers temps. Travaillez-vous avec des entreprises dans ce sens ?

Oui, nous proposons une offre Medoucine entreprise. Nous organisons des ateliers pour développer le bien-être en entreprise, soit sous la forme d’ateliers en one shot, soit sous la forme d’accompagnements plus longs. Nous pouvons aussi monter des dispositifs adaptés à des problématiques particulières, par exemple pour aider des salariés aidants ou des personnes en situation de vulnérabilité.

Medoucine engagé pendant le confinement… et après !

Le personnel soignant a été particulièrement sollicité ces derniers mois. Pour les remercier, Medoucine leur propose une offre spéciale, en partenariat avec l’APH et Happytal, une plateforme qui simplifie le quotidien des patients et soignants. Pour leurs deux premières consultations réservées sur Medoucine avec les praticiens du réseau volontaires, ces derniers bénéficient d’une réduction de -15%. Une offre désormais permanente pour leur permettre de prendre soin d’eux !