En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : les médecines alternatives dans le viseur des médecins

Dans une tribune du Figaro, des médecins et spécialistes de santé condamnent ouvertement la pratique des médecines alternatives, en pointant du doigt leur « inefficacité », voire leur « dangerosité ».

L’efficacité des médecines alternatives est-elle réelle ? Un collectif de 124 médecins français a en tout cas un avis tranché sur la question. Dans une tribune du Figaro, ces spécialistes souhaitent en effet alerter contre les dérives de ces médecines, « inefficaces » et même parfois « dangereuses », qui « s’appuient sur une défiance de fond vis-à-vis de la médecine conventionnelle ».

Pour rappel, les médecines alternatives désignent les médecines qui respectent le fonctionnement naturel du corps, par l’emploi de techniques manuelles ou l’administration de substances naturelles. Elles suscitent de plus en plus l’intérêt des Français : d’après l’Ordre des médecins, 40% y auraient eu recours en 2015.

L’homéopathie en tête de liste

La tribune vise tout particulièrement l’homéopathie, mais aussi toutes les médecines douces de manière large. Des pratiques qui selon eux ne reposent sur aucun fondement scientifique, et peuvent même entraîner des retards de diagnostics aux conséquences graves. Face à ce constat, les signataires appellent l’Ordre des médecins à ne plus reconnaître ces pratiques comme médicales et à ne plus les rembourser.

Le syndicat national des médecins homéopathes français a réagi en regrettant « la nature diffamatoire de l’attaque » et en rappelant que la médecine « a besoin de tous les médecins ». Aujourd’hui, environ 6 000 médecins pratiqueraient des médecines douces en France.