En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

L’homéopathie sera moins remboursée à partir du 1er janvier 2020

A partir du 1er janvier, le taux de remboursement de l’homéopathie passera de 30% à 15%. Une première étape avant le déremboursement total prévu en 2021.

A partir du mercredi 1er janvier 2020, l’homéopathie sera moins bien remboursée. En effet, alors que la Sécurité sociale prenait en charge les granules à hauteur de 30%, le taux de remboursement tombera à 15% dès le début du mois prochain. Un déremboursement progressif, puisqu’en 2021, ce type de médecine douce ne sera tout simplement plus remboursé.

Une mesure actée par le gouvernement en juillet dernier, sur recommandation de la Haute Autorité de Santé (HAS). Dans un rapport, l’organisme de santé avait en effet conclu que les produits homéopathiques n’avaient « pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante pour justifier d’un remboursement ».

Vers une hausse des prix ?

La fin du remboursement de l’homéopathie pourrait avoir des répercussions sur les prix. D’après une étude menée par la Drees (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) en février 2019, l’arrêt du remboursement des médicaments entraîne une hausse des tarifs de 39% en moyenne.

Pour autant, la ministre de la santé Agnès Buzyn a nuancé l’impact de l’arrêt du remboursement de l’homéopathie. « Ces médicaments coûtent très peu cher en réalité : le remboursement qui intervient sur ces tubes est de 20, 30, 40 centimes d’euros… Les 1% de Français qui utilisent le plus l’homéopathie ont un taux de remboursement de l’ordre de 2 euros par mois, donc je ne pense pas que ça grèvera le pouvoir d’achat », avait-elle expliqué.