En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Homéopathie : 74% des Français opposés au déremboursement des médicaments

Les Français plébiscitent l’homéopathie et sont convaincus de ses bienfaits sur la santé. D’après un sondage récent, 74% d’entre eux sont opposés à la fin du remboursement de ces médicaments.

homeopathie remboursement

Si le remboursement de l’homéopathie fait débat depuis quelques mois, les Français ont un avis assez tranché sur la question. D’après un sondage Ipsos pour Le Parisien, ils sont en effet plus de 7 sur 10 (74%) à être opposés à l’arrêt de la prise en charge de ces médicaments par l’Assurance maladie.

L’étude montre par ailleurs que les Français sont accoutumés à l’homéopathie :

  • 74% jugent que les médicaments homéopathiques sont efficaces ;
  • 70% ont recours à l’homéopathie pour traiter les premiers symptômes ;
  • 83% estiment légitime qu’un médecin la prescrive en complément d’un médicament conventionnel.

Une pratique ancrée chez les Français

« Il est clair que l’arrêt de n’importe quel remboursement génère une opposition de l’opinion mais celle-ci est tout de même à mettre en relation avec les bénéfices dont les Français disent tirer de l’homéopathie, qui a un véritable ancrage dans leur pratique de soins », analyse Luc Barthélémy, directeur santé d’Ipsos.

Reste à savoir si l’opinion publique et les professionnels de cette médecine douce prendront le dessus. Pour rappel, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a saisi la Haute Autorité de Santé (HAS) en août dernier pour statuer sur l’efficacité des granules blanches et un éventuel arrêt de leur remboursement.

Aujourd’hui, certains médicaments homéopathiques sont remboursés à hauteur de 30%. Selon les données de 2017, ces dépenses représentent 1% du budget de l’Assurance maladie.