En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les prix des consultations de spécialistes majorés de 2€ au 1er juillet

Le 1er mai 2017, le prix des consultations chez le médecin généraliste augmentait. Une hausse suivie de près par une majoration des tarifs des spécialistes et qui entrera en vigueur le 1er juillet.

Consultation médecin

A partir du 1er juillet 2017, les tarifs des consultations chez un spécialiste augmentent. Ils passent de 28€ à 30€ pour une consultation chez un spécialiste adressé par le médecin traitant. Cette hausse concernera aussi :

  • les psychiatres, neuropsychiatres et neurologues (la consultation passant de 37€ à 39€) ;
  • les cardiologues (une consultation payée 45,73€ coûtera à présent 47,75€) ;
  • les consultations d’enfants de moins de 6 ans effectuées par un généraliste (qui coûtaient 28€ et qui seront majorées à 30€) ;
  • les consultations ponctuelles de spécialistes.

Un médecin généraliste peut adresser son patient à un spécialiste en urgence.  Les délais de la prise de rendez-vous sont alors accélérés. La Sécurité sociale ainsi que la mutuelle santé prennent en charge l’intervention du spécialiste.

Un changement n’affectant pas les taux de prise en charge

Cette hausse des prix est due au nouveau système d’affiliation des médecins ayant signé le CAS (Contrat d’Accès aux Soins) qui limite les dépassements d’honoraires. Ce système disparaitra progressivement au profit d’OPTAM (Option Tarifaire Maîtrisée). Le CAS et OPTAM cohabiteront durant quelques mois pour faciliter la transition. Cette évolution répond à une demande des médecins et ce changement n’affectera en rien les démarches d’accès au soin des Français.

L’augmentation du prix des consultations ne changera cependant pas le taux de prise en charge de la Sécurité sociale. La consultation sera toujours indemnisée à hauteur de 70% et la mutuelle prendra toujours en charge le ticket modérateur. En pratique, cette réforme ne change donc rien pour les patients affiliés à une mutuelle mais impactera ceux qui ne sont pas couverts par une complémentaire santé.