Assises de la santé mentale : Emmanuel Macron annonce le remboursement des séances chez le psychologue

Lundi 27 et mardi 28 septembre se tenaient les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie au ministère de la Santé. L’occasion d’évoquer la situation d’un secteur très marqué par la crise sanitaire du Covid-19. Le président de la République, Emmanuel Macron, s’est exprimé à l’issue de cet événement.

Assises de la sante mentale Emmanuel Macron annonce remboursement séances psychologue

Des assises de la santé mentale très attendues

Elles se sont faites attendre. Un temps prévues pour le mois de juin et repoussées en raison de la situation sanitaire jugée encore trop instable l’été dernier, les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie ont été le théâtre d’annonces fortes de la part du chef de l’État.

Et pour cause : selon une enquête CoviPrev pour Santé publique France, 10 % des Français ont déclaré avoir eu des pensées suicidaires au cours de l’année. C’est 5 points de plus comparativement au niveau d’avant-crise (mais stable par rapport à la vague précédente de l’enquête).

Si Emmanuel Macron avait fait référence à la création d’un « chèque psy » pour bénéficier de dix séances gratuites chez le psychologue, (destinées aux enfants de 3 à 17 ans) en avril dernier, celle-ci n’était pas suffisante pour répondre aux nombreux enjeux soulevés par le secteur.

Un forfait adressé à des psychologues sans reste à charge pour le patient

Une mesure phare a été annoncée par Emmanuel Macron lors de sa prise de parole : le remboursement par l’Assurance maladie des consultations de psychologue (sur prescription médicale) pour les Français d’au moins 3 ans, à partir de l’année prochaine, sur la base d’un forfait. Cela permettra d’assurer « une prise en charge en amont » des patients en ayant le plus besoin et de « mieux articuler le travail des psychologues avec celui des psychiatres ».

La première consultation coûtera 40 euros, un prix plafond pour une séance. Les autres seront facturées 30 euros, sans qu’aucun reste à charge ne soit imputé aux patients. Ce forfait « sera adressé par prescription médicale à des psychologues » et renouvelable a-t-il précisé.

Le chef de l’État a déclaré « assumer » cette baisse de la facturation qui profitera notamment aux praticiens moins sollicités et aux patients aux revenus modestes, bien que « la profession [ne soit] » pas totalement ravie.

50 millions d’euros : c’est ce que coûtera cette mesure pour l’année 2022 et le double en 2023.

Vos professions méritent la considération. Cela doit conduire à ce que le sujet prenne une place différente dans la société et le débat public.

Autres médecins spécialistes concernés : les pédiatres, dont les libéraux ont été mentionnés par Emmanuel Macron : « Pour la prochaine convention, nous devons réfléchir à d’autres formes de rémunération ». Rappelons que ces derniers ont été revalorisés mi-juillet. À ce sujet, un « intéressement à la situation de santé publique du territoire » et une rémunération à la mission ou à la série de missions sera envisagée l’année prochaine.

Quel « psy » choisir pour quelle prise en charge ?
Lire l'article

Assises de la santé mentale : l’État au chevet du secteur

Le président de la République a également promis un financement de 1,9 milliard d’euros sur les cinq prochaines années au profit du budget des hôpitaux, rarement autant sollicités que durant la pandémie. Cette dernière a justement, non sans « cruauté » et « crudité », rappelé « l’importance du sujet de la santé mentale dans notre société ».

Ce sont également 15 millions d’euros (et 25 millions par an à partir de 2023) qui ont été levés pour l’ouverture de lits, au moment où une récente étude du ministère de la Santé a fait état d’une suppression de 5 700 lits d’hôpital en 2020, en plein Covid.

Les infirmiers spécialisés, au premier plan durant la crise, vont aussi profiter de ces Assises de la Santé puisqu’ils bénéficieront d’une meilleure reconnaissance et d’un plus grand nombre d’ouvertures de postes que prévu l’année passée.

Emmanuel Macron a déploré des « délais insupportables » pouvant être « supérieurs à 18 mois ». C’est pourquoi 800 postes vont être créés au sein des centres médico-psychologiques (CMP), à partir de 2022.

Enfin, une enveloppe de 80 millions d’euros sera allouée à la recherche dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PI4), le président ayant concédé que « nous n’avons pas totalement pris les décisions qui conviennent » au sujet d’un secteur mis à mal par les restrictions budgétaires.

Olivier Véran annonce l’ouverture d’un numéro de prévention du suicide

Toutes ces annonces doivent donc relever un secteur dont les acteurs ont été « les grands oubliés de la crise », comme le rappelait la professeure de psychiatrie Marion Leboyer (Université Paris-Est Créteil), en avril 2020. Olivier Véran, le ministre de la Santé et des Solidarités, a qualifié ces Assises de « moment historique ». Il a par ailleurs annoncé mercredi, au micro de France Inter, la création d’un numéro vert : le 3114, joignable 24h/24 et 7j/7j.

Il sera ouvert à compter de vendredi et il permettra aux Français qui traversent un moment très difficile, avec parfois des idées noires, des pensées morbides, […] de pouvoir trouver immédiatement une réponse à leur malaise. En contactant ce numéro, ils tombent sur des professionnels de la psychiatrie. 

Aujourd’hui, plus de 12 millions de Français souffrent de troubles psychiques, accentués par les conséquences des confinements successifs.

Covid-19 : les Français dorment mieux mais restent déprimés
Lire l'article