Prendre des photos serait mauvais pour la mémoire

Une revue scientifique spécialisée dans la mémoire et la cognition a publié une étude sur les effets neurologiques que peuvent avoir les photographies. Les personnes qui prennent souvent des photos d’œuvres d’art dans les musées ont ainsi leur mémoire altérée.

photo musee memoire

C’est la première fois qu’une étude de grande ampleur porte sur l’altération du souvenir par l’acte de photographier. Plus de 500 volontaires se sont prêtés au jeu : certains devaient photographier des œuvres d’art ou des images, tandis que les autres se contentaient de les regarder. Après cela, les chercheurs les ont avertis qu’ils devraient passer un test de mémoire.

Cette étude, parue dans le Journal of Applied Research in Memory and Cognition, montre que la mémorisation est bien meilleure chez les volontaires qui se sont contentés de regarder les œuvres et images, que dans l’autre groupe qui prenait des photographies. Le test permettait d’évaluer deux catégorisations du cerveau : la perception (mémoire des détails et reconnaissance de similarités) et la conceptualisation (mémoire de l’objet par ce qu’il fait ou provoque).

Alzheimer : et si le microbiote était la solution miracle ?
Lire l'article

Une étude limitée aux œuvres d’art

Les deux délais de mémorisation (20 minutes puis 48 heures) ont conduit à la même conclusion : les images photographiées sont moins bien retenues que les images regardées. Certains participants ont connu des lésions de la mémoire, alors même que les délais de test sont bien inférieurs au véritable délai qui sépare la prise de photographie du moment où on la regarde à nouveau.

Les chercheurs notent également une dépense à la caméra qui, bien qu’il procure un « éclat agréable de nostalgie », enlève des éléments de l’événement d’origine dans notre mémoire. Comme le souligne The Science Time, « un inconvénient de l’étude est qu’elle se concentre sur l’art » et la dégradation du souvenir. Cela peut donc toucher les visiteurs de musées qui se contentent de tout photographier, mais on ne peut pas en tirer des conclusions générales sur les photos prises dans la vie quotidienne.