En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Santé : attention à l’usage du gel hydroalcoolique en plein soleil

Certains dermatologues mettent en garde contre l’usage du gel hydroalcoolique en plein soleil. Pour éviter les irritations, il vaudra mieux privilégier le savon classique cet été.

gel antibactérien

Depuis le début de la crise sanitaire, les ventes de gel hydroalcoolique ont explosé. Mais à l’approche de l’été, certains dermatologues appellent à la vigilance : gel hydroalcoolique et soleil ne feraient pas bon ménage. Les professionnels recommandent même de ne pas utiliser ces solutions avant ou pendant une exposition au soleil, tout particulièrement sur les plages.

Le risque n’est pas tant les brûlures que les irritations que pourrait subir la peau, comme l’expliquait à BFMTV le docteur Brigitte Milpied, dermatologue à Bordeaux : « L’alcool ou l’éthanol en soi n’est pas photosensibilisant, ni la glycérine qui se trouvent dans ces gels hydroalcooliques […]. Mail ne faut pas oublier que l’alcool est un agent irritant et desséchant qui peut déshydrater la peau. Et les rayons UV du soleil étant eux-mêmes assez agressifs, la peau doit faire face à deux agressions en même temps ».

Gel antibactérien : bon ou mauvais pour la santé ?
Lire l'article

Privilégier le savon

Comment faire dès lors pour maintenir un lavage de mains réguliers, comme l’ont recommandé les autorités sanitaires ? Les dermatologues conseillent tout simplement d’utiliser du savon et de l’eau froide, qui ne comportent aucun risque d’irritation pour la peau.

« Le savon est composé de soude et d’un corps gras qui englobent les particules virales. Si c’est bien rincé, c’est sans danger ! Surtout qu’il y a désormais des douches et/ou des robinets à l’entrée des plages, pour pouvoir se laver les mains a minima en arrivant et en partant », expliquait également le docteur Catherine Oliveres-Ghouti, dermatologue à Paris.

La vigilance doit être d’autant plus importante pour les enfants : parce qu’ils ont la peau plus fine que les adultes, ils sont plus sujets aux irritations.