En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Le refus de suivi d’un médecin traitant

Claire Tourdot - mis à jour le

Pour obtenir de meilleurs remboursements de l’Assurance maladie, il est important de déclarer un médecin traitant. Mais encore faut-il en trouver un. Pour diverses raisons autorisées par la loi, certains professionnels de santé refusent de prendre en charge de nouveaux patients. Que faire si vous vous retrouvez dans cette situation ?

Une liberté réciproque

La relation médecin traitant / patient est fondée sur la réciprocité : elle doit relever du libre choix et ne pas être dictée par un sentiment d’obligation. Cela signifie donc que :

  • Le patient a le droit de choisir le médecin traitant de son choix ;
  • Le médecin traitant a le droit de refuser de suivre un patient en tant que médecin traitant et donc de choisir les personnes qu’il suit.

Ce droit de refus d’un médecin traitant s’explique par la souplesse du dispositif de parcours de soins coordonnés. Il est encadré par l’article L162-5-3 du Code de la Sécurité sociale.

Le refus de suivi doit être motivé

Un médecin peut refuser de devenir votre médecin traitant. Toutefois, ce droit de refus doit reposer sur une justification motivée. Le refus de suivi ne peut en aucun cas être lié à des motifs discriminatoires ou des considérations étrangères à la mission du médecin traitant. Dans la grande majorité des cas, le refus de suivi est lié au manque de temps des médecins, qui ont déjà de nombreux patients à suivre.

Les patients sont libres de changer de médecin traitant à tout moment et sans justificatif.

Refus de suivi ne signifie pas refus de soins

A noter : le refus de suivi n’est pas synonyme de refus de soins. Comme le stipule l’article 47 du Code déontologie médicale : « quelles que soient les circonstances, la continuité des soins aux malades doit être assurée ». Cela signifie que même sans être le médecin traitant officiel, un professionnel de santé n’a pas le droit de refuser des soins à quelqu’un qui lui demande.

Un médecin peut-il refuser le suivi a posteriori ?

Oui. Tout comme un médecin peut refuser d’être votre médecin traitant lors de votre demande initiale, il peut aussi refuser de continuer à l’être en cours de suivi lorsque les raisons sont justifiées. La déontologie implique toutefois que le médecin explique sa démarche au patient et qu’il lui laisse du temps pour trouver un nouveau médecin traitant.

Que faire en cas de refus de suivi ?

Si un professionnel refuse d’être votre médecin traitant, tout n’est pas perdu ! Le système de la Sécurité sociale n’impose aucune restriction : vous pouvez chercher un autre médecin traitant. Sachez que vous pouvez choisir votre médecin traitant parmi un grand nombre de professionnels. En effet, votre médecin traitant peut être :

  • Un médecin généraliste ou un médecin spécialiste ;
  • Un médecin conventionné ou un médecin non conventionné ;
  • Un médecin exerçant dans un cabinet, dans un centre de santé ou à l’hôpital ;
  • Un médecin situé n’importe où, près de votre domicile ou non.

Cette marge de liberté rend les démarches pour trouver un médecin traitant plus faciles. Quelle que soit la situation, l’essentiel reste de nouer une relation de confiance avec le professionnel chargé de suivre l’état de santé du patient.

Malgré tout, la recherche d’un médecin traitant peut parfois s’avérer très compliquée. Ultime recours pour les patients : saisir le conciliateur de l’Assurance maladie.

Refus de suivi : contacter le conciliateur de l’Assurance maladie

Vous avez contacté plusieurs médecins, mais aucun n’a accepté d’être votre médecin traitant ? Pas de panique, il existe une solution pour vous aider à gérer cette situation. Vous pouvez en effet contacter le conciliateur de l’Assurance maladie. Ce médiateur intervient pour régler les litiges entre les caisses d’assurance et les usagers, mais est aussi là pour assister les patients dans le cadre du parcours de soins coordonnés.

Ainsi, en cas de difficultés, le conciliateur tentera de rétablir la communication et vous aidera à entrer en contact avec des médecins.

Comment contacter le conciliateur de l’Assurance maladie ?

Pour vous rapprocher d’un médiateur, vous devez envoyer un courrier à votre caisse d’Assurance maladie, en joignant un questionnaire téléchargeable sur le site de cet organisme (intitulé « Difficulté d’accès à un médecin traitant »). Dans ce document, vous pourrez expliquer votre situation et mentionner les médecins que vous avez déjà contactés et qui ont refusé de vous suivre.

Vous recevrez un accusé de réception et le conciliateur vous présentera les recours possibles selon votre situation.

Cet article vous a-t-il été utile ?